La semaine prochaine le Parlement européen devrait voter définitivement un texte qui protégera les lanceurs d'alerte en Europe.

Jeudi  l'arrestation de Julian Assange a de nouveau mis sur le devant de la scène la nécessité d’une protection juridique pour les lanceurs d’alerte. On se souvient que dans ce dossier le dernier bras de fer a eu lieu en mars  entre la Commission, le Parlement, et les gouvernements  pour se mettre d’accord sur un texte  visant à mieux protéger les lanceurs d’alerte.

La semaine prochaine à Strasbourg le texte de compromis sera voté en séance plénière. Il permettra à l'union européenne d'offrir un statut plus protecteur pour les lanceurs d’alerte.

À l’heure actuelle, les lanceurs jouissent d’une protection spécifique  dans une dizaine d’États membres. Le texte est donc une avancée. Cette directive obligera la France à rouvrir la loi Sapin 2 

Les tensions se sont cristallisées autour de la question de savoir vers qui les lanceurs d’alerte doivent se tourner en premier lieu. Les eurodéputés ont eu le dernier mot.

C'est ce que nous explique Virginie Roziere co-auteur de ce rapport. 

Les pays de l'Union européenne décident d'ouvrir des négociations  commerciales avec les Etats-Unis, mais la France est isolée.

La France dit non. Le gouvernement ne donnera pas mandat à la commission pour aller négocier avec les américains. C’est le seul pays de l’Union à marquer son opposition.  Emmanuel Macron refuse de négocier avec un pays non signataire de l’accord de Paris sur le Climat. 

Mais comme il ne s’agit pas d’un droit de veto les négociations s’ouvriront quand même. Du coup la guerre commerciale Union européenne/ Etats Unis n’aura peut-être pas lieu. 

La Chine promet un traitement équitable aux entreprises européennes.

A l’issue du sommet UE Chine qui s'est tenu cette semaine à Bruxelles, le Premier ministre chinois s'est engagé à ce que les entreprises étrangères ne soient plus obligées de partager leur savoir faire pour s 'implanter dans le pays. Il s'est également déclaré prêt à s'attaquer aux subventions publiques  versées à l'industrie chinoise. Satisfaction coté européen mais cela  demande à se concrétiser dans les faits. L'Union est le premier partenaire commercial de la Chine. 

Dans l'agenda cette semaine.

Parlement européen on ferme. Dernière session de la mandature 2014/2019 la semaine prochaine à Strasbourg. Une occasion pour faire passer rapidement une multitude textes avant que la nouvelle assemblée se réunisse le 2 juillet prochain.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.