Retour sur l'appel à la cohésion lancé aux européens par Emmanuel Macron face aux investissements chinois...

S'il y a un chiffre à retenir c'est celui-là : en deux ans, les investissements chinois dans l'Union européenne ont augmenté de 77%. Jusqu’à présent il faut le reconnaître, l'Europe était un peu l'idiot du village planétaire, ouverte à tous les vents, refusant de se donner les moyens de se protéger même pour ses secteurs dits stratégiques. 

Cette semaine Bruno Lemaire a employé des mots très forts se disant opposés à des investissements de pillage.

Ce changement de ton est en cours depuis plusieurs mois en Europe. Il date de 2016  quand l'Allemagne et l'Union Européenne ont constaté, impuissantes, le transfert de technologies "made in Germany" du fabricant allemand de machines-outils Kuka, passé sous la coupe du géant chinois de l'électroménager Midea : montant de la transaction près de 5 milliards d'euros. 

Il y a eu à ce moment-là une vraie prise de conscience coté français et Allemands qu'il fallait changer de logiciel avec la Chine. Les européens sont devenus beaucoup moins naïfs. Par exemple, en mai 2016, le parlement européen tout groupe politique confondu a refusé d'accorder à la Chine le statut d’économie de marché. 

Petit à petit, l'Union européenne a mis en place des outils pour lutter contre le dumping chinois.

Il est aujourd'hui possible d'appliquer des droits de douane plus élevés en cas de distorsions de concurrence en matière sociale et environnementale.

Mesures jugées encore insuffisantes. Notamment lorsqu'il s’agit d'investissement, de prise de participation ou de rachat d’entreprises européennes. 

Frank Proust, député européen en charge d’un rapport parlementaire sur les investissements étrangers, souhaite mettre en place un véritable système d’alerte.

Toujours au chapitre économique , les bons chiffres du chômage en Europe.

Le chômage continue de baisser. Un peu plus de 8% de la population active c'est le plus faible taux dans la zone euro depuis 2009. C'est un point de moins qu'il y a un an. C'est la république Tchèque qui a le taux le plus faible : deux points et demi, puis l'Allemagne trois point six. 

La Grèce et l'Espagne sont les derniers de la classe avec des chiffres qui varient entre 17 et 20 pourcent. Le taux de chômage a baissé dans tous les Etats Membres. 14 millions de personnes sont toujours sans emploi dans la zone euro...

Record de touristes en Espagne  en 2017.

Pour la cinquième année consécutive, malgré les attentats islamistes à Barcelone, et l'incertitude politique en Catalogne, il y a eu 82 millions de touristes en Espagne l'an dernier, une hausse de près 9% par rapport à 2016.

L'Espagne est aujourd'hui la deuxième destination touristique au monde après la France et devant les Etats-Unis. Le tourisme c'est 11% du PIB espagnol.  Les Britanniques sont les plus nombreux à se rendre en Espagne (18 millions). 

Pour finir, dans l'agenda européen : en Hongrie la date des élections législatives est fixée au 8 avril. Victor Orban l'actuel premier ministre fait largement la course en tête dans les sondages. Et la semaine prochaine, un vote important au Parlement européen sur l'autorisation ou non de la pêche électrique.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.