Moralisation de la vie politique, quelles sont les bonnes pratiques en Europe ?

On a vu que le scandale du Panama Papers avait éclaboussé le gouvernement islandais et Davis Cameron lui-même.

On commence donc avec le Royaume Uni. Il y a là-bas ce qu'on appelle un "registre des intérêts des membres".

Il rassemble les déclarations de revenus et de fortune des élus. Il est contrôlé par la chambre des communes et publié sur internet.

En Allemagne les règles de contrôle ne portent pas sur le patrimoine mais sur les activités rémunérées en plus du mandat de député.

Tous les revenus annexes doivent être déclarés s'ils dépassent 1000 euros par mois. A noter que les membres du gouvernement ne sont pas tenus à faire une déclaration de patrimoine.

En Italie: l'autorité de garantie de la concurrence et du marché veille à ce que tous les élus et ministres publient leur déclaration de patrimoine et de revenus. Les élus sont autorisés à exercer leurs activités professionnelles pendant leur mandat

En Espagne, les déclarations de patrimoine des parlementaires sont en principe publiés, sauf qu'en cas de manquement il n'y a aucune sanction.

Dans les pays nordiques, Suède, Norvège Finlande, revenus et patrimoine des élus, mais aussi des citoyens, tout est public et consultable sur internet.

Et en Islande la aussi tout doit être publié. Y compris les cadeaux au-delà de 350 euros...on comprend mieux que les cachoteries du premier ministre dans l'affaire du panama papers aient énervé les citoyens.

Et la France ? Itw du député européen Pascal Durand

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.