Stéphane Leneuf revient sur l'actualité européenne de la semaine

La Commission européenne lance les "Décodeurs de l'Europe"

Avec cette opération et même si elle s’en défend, la représentation en France de la Commission européenne s’invite dans le débat public d’une manière indirecte dans le débat présidentiel, car personne ne doute que les dossiers européens seront des arguments de campagne sur lesquels s’affronteront les candidats.

L’objectif des décodeurs de l’Europe c’est de dénoncer à travers des fiches pratiques, les idées reçues sur l’Europe et d’en faire, pour les citoyens, des argumentaires de débat pendant la présidentielle.

Toutes ces fiches pratiques sont à retrouver sur le site de la commission en France : ec.europa.eu Mais aussi sur Facebook et Twitter.

On part à Barcelone où les idées ne manquent pas pour lutter contre la pollution

La mairie de Barcelone et les 36 communes de l’agglomération vont proposer à partir de l’année prochaine aux propriétaires de vieilles voitures et de vieilles motos, trois ans de gratuité dans les transports (bus métro et tramway) s’ils mettent leur vieilles guimbardes au rebut.

Ils recevront alors une carte verte métropolitaine, une sorte de "Pass navigo" vertueux qui leur donnera accès gratuitement à tout le réseau. Il faudra quand même s’engager à ne pas acheter de véhicule à moteur. La carte sera renouvelée tous les ans.

Près de 30 mille véhicules sont concernés.

L’union fait la force contre les catastrophes naturelles.

La Grèce, Chypre et Israël décident de lancer une force commune contre les incendies et catastrophes naturelles comme les tremblements de terre et les inondations. La Grèce et Chypre avaient envoyé fin novembre des avions en Israël pour combattre de violents feux de broussailles.

En juin Israël avait fait de même au moment au Chypre avait connu de violents incendies de forêts l’été dernier.

Un test comparatif un peu anachronique en Finlande.

Le gouvernement va octroyer 560 € chaque mois à 2 000 chômeurs choisis au hasard et qui n’ont pas eu le choix que d’accepter la proposition. Pendant deux ans le gouvernement va comparer la trajectoire de retour à l’emploi de ces 2 000 chômeurs avec celle d’un groupe test de chômeurs touchant la même somme, mais en prestations sociales. Objectif de cette expérience : essayer de savoir si les chômeurs qui touchent ce revenu universel sont plus motivés pour retrouver un emploi sachant que s’ils réussissent ils garderont ce revenus universel.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.