La compagnie Ryanair procède jusqu'au printemps 2018 à des annulations de vols. Une pratique qui impacte de nombreux passagers.

Au total 34 liaisons suspendues en Europe. Des nouvelles annulations d'ici mars 2018 qui vont impacter plusieurs centaines de milliers de clients ayant déjà réservés leurs billets. 

La crise que connait actuellement la compagnie britannique, par son ampleur, vient de remettre sur la table le dossier de l'indemnisation des passagers dans le transport aérien. 

Quels droits pour les passagers ?

Ce qui existe déjà est simple : c'est un droit commun à tous les européens. Quelque soit le prix de votre billet d'avion, en cas d'annulation pour un vol à l'intérieur de l'Union européenne, vous avez droit a une indemnité de 250 € pour les vols jusqu’à 1 500 km, et 400 € pour les vols jusqu'à 3500 km. 

Attention : cette compensation peut être supprimée si la compagnie aérienne vous propose un vol de remplacement arrivant, dans les deux heures ou les quatre heures qui suivent le vol annulé.

Mais si vous êtes obligé de prendre un billet dans une autre compagnie, qui vous a coûté plus cher que l'indemnisation, vous n'aurez droit à aucun remboursement.

Christine Revault d'Allonnes-Bonnefoy, députée européenne, souhaiterai que cette réglementation soit encore plus protectrice : "Il faut mettre de l'harmonisation et de la justice."

Dans le reste de l'actualité européenne

  • Nouvelle journée importante pour la catalogne et l'Espagne ce samedi 21 octobre 2017

Le premier ministre espagnol Mariano Rajoy convoque un conseil des ministres extraordinaire. Le gouvernement devrait annoncer la mise en application de l'article 155 de la Constitution espagnole. Il permet de suspendre les prérogatives de la région Catalogne et de remettre le pouvoir entre les mains du gouvernement central. 

Pour la suite, les choses ne devraient pas traîner puisque ce conseil sera suivi d'une séance du Sénat qui devrait valider la procédure à une écrasante majorité.

  • Le chiffre de la semaine : 120 millions d'euros 

C'est la somme débloquée par la Commission européenne pour aider les villes à protéger leurs espaces publiques contre les attaques terroristes. 

Le plan d'action prévoit 18,5 millions d'euros disponibles dès 2017 et 100 millions d'euros en 2018 pour aider "les villes investissant dans des solutions de sécurité". 

La Commission propose aussi de créer un réseau d'expertise, pour que les Européens puissent partager leur "bonnes pratiques" dans la sécurisation des aéroports, des gares ou des stades.

  • Une "semaine glyphosate" qui s'annonce 

Le dossier glyphosate devant le Parlement européen. Ce dernier se réuni pour sa deuxième session d'octobre à partir du lundi 23 octobre à Strasbourg. 

Les parlementaires devraient proposer mardi 24 en session plénière un délai de 3 ans avant l'interdiction définitive du glyphosate dans toute l'Union européenne. Un délai qui permettrait de mettre en place des investissements pour trouver des solutions alternatives.

Le lendemain, mercredi 25 octobre, ce sont les Etats membres qui décideront s'ils renouvellent ou pas l'autorisation du glyphosate pour 10 ans. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.