Un livre fait le parallèle entre la montée des populismes en Europe et internet qui révolutionne les pratiques politiques.

Le livre de Francis Brochet, Démocratie smartphone - Le populisme numérique, de Trump à Macron - (éditions François Bourin), montre à quel point aujourd’hui dans tous les pays "européens", la démocratie numérique a permis l’explosion des partis populistes.

La démocratie numérique c’est cette communication directe qui s’établit désormais entre les gouvernés et les gouvernants, mais elle permet surtout aux citoyens de choisir leurs candidats et d’imposer des thèmes de campagne négligés par des élus. Certes cela n’est pas franchement nouveau, ce qui est nouveau, et ce que montre le livre de Francis Brochet, c’est que cette démocratie internet favorise l’éclosion des partis populistes. Dernier exemple les élections en Allemagne.

Dans le reste de l'actualité européenne

  • Les européens se sont mis d’accord cette semaine sur de nouveaux objectifs en matière de recyclage

Après de longues négociations, le Parlement européen, les gouvernements et la Commission sont parvenus à un accord pour imposer des objectifs de recyclage contraignants, mais aussi un plafond pour les mises en décharge.

Nouvel objectif contraignant : 65 % des déchets ménagers devront être recyclés d’ici 2035, et 70% des déchets d’emballages. 

Les États membres ont également convenu de plafonner la mise en décharge des déchets à 10 % d’ici 2035.

Ce sera encore un gros défi pour certains pays. Dix d’entre eux (Bulgarie, Grèce, Croatie, Chypre, Lettonie, Lituanie, Hongrie, Malte, Roumanie et Slovaquie) mettent encore en décharge plus de 60 % de leurs déchets. Dans l’UE, près d’un tiers des déchets municipaux sont mis en décharge. 

  • Les européens unis contre la réforme fiscale américaine 

Une réforme adoptée par le congrès américain.

La Commission européenne, mais aussi les ministres des Finances des cinq plus grandes économies de l’UE (Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Espagne) ont adressé une lettre au secrétaire d’État américain au Trésor. Ils lui expriment leur préoccupation et leurs inquiétudes car ils estiment que certaines mesures pourraient être discriminatoires et comporter d’importantes distorsions de concurrence.

  • Dans l’agenda européen

Cela ne va pas chômer pour le groupe de travail des 27 en charge des négociations du Brexit. On rentre dans le dur. Le 16 janvier 2018, premiers échanges sur la pêche. Et le 30, sur les services… On y reviendra dans une prochaine chronique.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.