Les Européens vont imposer le retrait du web en une heure, des photos, vidéos et messages en ligne « à caractère terroriste ».

Contenus terroristes, vers une obligation de retrait en une heure.
Contenus terroristes, vers une obligation de retrait en une heure. © Getty / Bilal Ölker / EyeEm

C’est un compromis qui vient d‘être trouvé entre les eurodéputés et les gouvernements, ceci au terme de deux ans de négociation. 

Il acte le principe, (qui sera traduit dans la législation européenne dans quelques semaines), que les plateformes comme Google, Facebook, Twitter auront une heure pour supprimer des contenus à caractère terroriste qui auront été signalés. 

Ainsi un Etat pourra envoyer une injonction de retrait à une plateforme établie dans un pays voisin. L’Etat dans lequel est située cette plateforme aura tout de même un droit de regard après le retrait pour vérifier que le droit européen est bien respecté. 

Beaucoup d’ONG fustige cet texte. Ainsi la Quadrature du net a décidé de saisir la défenseure des droits. L’association considère que cette obligation de retrait en une heure est exactement celle qui au sein de la loi Avia a été censuré par le Conseil constitutionnel en juin dernier.

Il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur les restrictions à  la liberté d’expression. Toutes les garanties ont donc été prises estime de son coté la députée européenne Fabienne Keller, membre de la commission des libertés civiles de la justice et des affaires intérieures au Parlement européen.

C’est une des conséquences du Brexit : l’Irlande renforce ses connexions maritimes directes avec le continent

Le port de Rosslare annonce des nouvelles liaisons directes avec les ports de Cherbourg et Dunkerque. Ces nouvelles liaisons, treize aller-retour par semaine tentent de se substituer aux liaisons entre la Grande Bretagne et l’Irlande. Selon le Times, un tiers des entreprises qui empruntent les liaisons Royaume-Uni-Dublin ne sont pas prêtes pour les nouvelles formalités douanières.

Feu vert donné à la Grèce pour financer une autoroute a hauteur d‘un demi milliard d’euros

Une aide publique autorisée par Bruxelles pour financer une partie du réseau autoroutier transeuropéen Grèce-Suède. 70 kilomètres. Prés de 500 millions d’euros. Contrat signé avec le concessionnaire privé de l’autoroute. L’exécutif européen n’a  pas vu dans ce contrat d’entorse aux règles des aides d’Etat.

Dans l'agenda européen cette semaine

Si les coulisses  vous intéressent, ne manquez pas mercredi et jeudi sur LCP la série documentaire Sommets dans le secret des négociations européennes. Un véritable thriller politique réalisé par mon collègue Yahn Antony Noghès. Pendant plusieurs mois, il a suivi les négociations sur le climat et l’accord sur le fonds de relance de 750 milliards d’euros. Une immersion inédite dans les coulisses du pouvoir européen.

Les invités
  • Fabienne KellerDéputé européenne affiliée LREM et membre du groupe parlementaire Renew Europe
L'équipe
Contact