Muriel Pénicaud veut supprimer en France l'écart salarial homme/femme d 'ici 2022. Un pays en Europe montre que l'on peut y arriver : L'Islande.

En Europe, l'égalité salariale est loin d’être acquise puisqu'à compétence et travail égal, les femmes gagnent en moyenne 16% de moins que leurs homologues masculins.  On rappelle quand même qu'en France depuis la loi Roudy, votée il y a trente-cinq ans, l'égalité Homme femme et un principe constitutionnel.  

L'Allemagne a décidé également de briser le tabou de la fiche de paie avec une nouvelle loi qui autorise un employé  qui se sent discriminé à demander, par écrit, le salaire moyen de six personnes de sexe opposé occupant le même poste.

L'Islande va plus loin. C'est le  premier Etat européens à rendre obligatoire l'égalité salariale.

La ministre du travail Muriel Pénicaud  devrait réunir syndicats et patronat d'ici quelques semaines pour élaborer un plan d’action. Objectif la fin de l'écart salarial homme femme d'ici la fin du quinquennat.

Dans le reste de l'actualité européenne

  • la répartition des sièges laissés vacants par les britanniques au Parlement européen commence.

En 2019 pour les européennes, il y aura 73 sièges à pourvoir, ceux que les députés britanniques n'occuperont plus. La commission des affaires constitutionnelles du parlement a publié cette semaine une première répartition.

Sur les 73 sièges,  27 seront alloués à des Etats déjà membres de l'UE, Les principaux bénéficiaires de cette redistribution seront l'Espagne et  la France (5 sièges)  les Pays-Bas et l'Italie (3 sièges). La France, passerait de 74 à 79 sièges. Les 46 autres seront réservés à des listes transnationales et aux futurs entrants.

Cette proposition doit encore être adoptée par le Parlement en séance plénière, début février, puis soumise aux  chefs d’Etat et de gouvernement pour une décision à l’unanimité, avant un retour devant le Parlement.

  • La Pologne et la Roumanie sous surveillance.

Les reformes des systèmes judiciaires que les deux gouvernements souhaitent mettre en place ne plaisent pas. À la commission européenne. Mercredi Jean Claude Junker a averti les autorités roumaines que la réforme du système judiciaire risquait de remettre en cause l'indépendance de la justice et la lutte contre la corruption dans le pays.

Inquiétude également pour la Pologne; Bruxelles  a donné trois trois mois à Varsovie pour amender une réforme de la justice très contestée.

  • Un gros bonnet d’âne, bien enfoncé sur la tête des députés français.

Visiblement les festivités lundi du 55ème anniversaire du traité de l'Elysée n'ont pas attiré la foule dans l'hémicycle. Le matin, Il y avait une cérémonie au Bundestag puis ensuite  l'après-midi à l'assemblée nationale. Une belle opération pour marquer l'amitié franco-allemande.

A l'aller l'ensemble du gouvernement allemand et tous les députés allemands  étaient présent au Bundestag, Au retour ce n'était pas le cas pour les députés français. A peine un député sur quatre dans l'hémicycle... 

Cette maigre fréquentation,  a été regrettée par "quasiment tous les présidents de groupe. "On a merdé collectivement", reconnaissait en privé un député de la majorité. Espérons pour les députés qu'ils ne "merdent" pas trop souvent dans l'avenir sur les dossiers européens. Cela ne fait vraiment pas sérieux.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.