Dans Café Europe la fin du pacte de stabilité entre les membres de la zone euro et les conséquences que cela va engendrer pour l’avenir.

Il y a quelques semaines, voire quelques jours, personne bien sûr n'aurait parié sur ce scénario totalement fou. Un virus, un simple virus extrêmement ravageur a finalement eu la peau de la fameuse règle des 3%  qui interdit tout déficit public pour un Etat qui veut intégrer la zone euro. Un règlement de copropriété qui a  totalement volé en éclats face à la crise économique qui menace: l'objectif c'est bien sûr d'éviter les faillites d'entreprises et les licenciements massifs. 

Tous les tabous de l'orthodoxie financière européenne sont tombés. C'est une crise qui touche tout le monde. Tout le monde va donc mettre la main à la poche à commencer par les pères la rigueur comme L'Allemagne qui a présenté le plus gros budget de relance de son histoire.

La BCE a également mis sur la table  plus de 1000 milliards d'euros sous forme de rachats de dette publique et privée et de prêts bon marché aux banques et aux entreprises pour permettre une relance de l'activité dès que possible. 

La grande question désormais qui se pose est assez simple: que fait-on après? Les Etats européens  vont-ils être capables de se serrer les coudes en mutualisant une partie des couts engendrés par cette crise. Quels instruments de solidarité peut-on faire jouer?

Stéphanie Yon Courtin est Vice-présidente de la commission des affaires économiques et monétaires du parlement européen.

Dans ce contexte on se doute bien que les prévisions de croissance ne sont pas bonnes

Tous les chiffres sont négatifs. Le dernier en date celui de L'agence de notation Standard § Poors. La crise du coronavirus devrait provoquer une récession de -2% dans la zone euro. 

Dans un autre registre, retenez que l'ensemble des opérateurs européens de télécom ont décidé de partager avec la Commission européenne leurs données de géo localisation, données  recueillies grâce aux téléphones portables.

Objectif: enrayer la progression de l'épidémie de coronavirus. Les données seront détruites une fois la crise sanitaire surmontée, ceci en réponse aux inquiétudes concernant de possibles violations de la vie privée.

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.