La commission européenne a présenté mercredi son plan de relance économique post Covid-19. Il reste à convaincre les pays frugaux d'adhérer à ses propositions et ce ne sera pas chose facile.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne
Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne © AFP / Xosé Bouzas / Hans Lucas

Il ne faut pas se voiler la face. Ce n'est pas demain que cet argent arrivera dans les caisses des Etats pour les aider à relever leurs économies. Des négociations ardues attendent désormais les 27 sur ce projet de relance de 750 milliards d'euros. Le fonds sera alimenté par des emprunts de la Commission au nom de l'UE. Sur les 750 milliards, 500 devraient être redistribués sous forme de subventions. Le reste sera constitué de prêts aux Etats. Ce nouveau fonds viendra s'adosser au projet de budget pluriannuel européen. 

Toute la difficulté est de convaincre désormais les pays dits frugaux, pour qui un sou est un sou : Autriche, Pays Bas, Danemark et Suède. Quatre Etats sans qui rien ne sera possible, car en matière budgétaire et fiscale, tout est décidé à l'unanimité. 

L'enjeu de la  négociation sera de trouver un équilibre entre subventions et prêts. Les frugaux défendent en effet un soutien mais uniquement par des prêts conditionnés à des réformes. Ainsi Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a déclaré que "la part entre prêts et subventions" devra être discutée. 

Comment convaincre ces pays ?

Après le gros coup de pression mis par Emmanuel Macron pour que L'Allemagne et la France présentent un front uni avec le plan Macron-Merkel repris en partie par la Commission, c'est plutôt Angela Merkel qui devrait être à la manœuvre pour ces discussions. D'autant que l'Allemagne prend la présidence de l'Union à partir de juillet prochain.

C'est la fin des restrictions sur l'exportation de matériel de protection

L'Union européenne a mis fin à ces restrictions qui touchaient notamment le matériel de protection pour lutter contre le coronavirus. Les Européens estiment qu'ils disposent désormais d'un stock suffisant pour le personnel de santé. Depuis le 15 mars une autorisation était nécessaire pour exporter des blouses, visières, masques et lunettes de protection dans les pays extérieurs à l'union européenne. 

Ryanair va saisir la justice européenne

La compagnie irlandaise conteste le plan de sauvetage de Lufthansa de 9 milliards d'euros par le gouvernement allemand. Ryanair estime que ce plan fausse la concurrence pour les vols depuis l'Allemagne pour les cinq prochaines années.

La Hongrie prévoit de lever l'état d'urgence le 20 juin

Un état d’urgence très controversé car il donnait à Viktor Orban les pleins pouvoirs de gouverner par décret.

Programmation musicale
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.