Alors que la viande est montrée du doigt au sujet du réchauffement climatique, le sommet de l'élevage s'ouvre demain à Cournon d'Auvergne. L'occasion d'aller prendre l'air et de rencontrer des éleveurs du Cantal.

Les vaches et les prés de Girgols, dans le Cantal
Les vaches et les prés de Girgols, dans le Cantal © Radio France / Camille Crosnier

Jusqu’à la fin de la semaine, plus de 1500 exposants venus de 38 pays avec 2000 bêtes seront réunis à Cournon d'Auvergne pour le sommet de l'élevage. Des éleveurs de viande bovine qui a bien mauvaise réputation aujourd’hui : elle serait responsable à elle seule de presque 10 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, et je ne parle bien que des bovins. 

Aujourd’hui, il faut s’y faire, quand on pense "bifteck" on ne pense plus frites et sauce béarnaise mais pollution, déforestation, et maltraitance

Quelle différence entre l’élevage intensif et des exploitations bien moins gigantesques ?

Direction le Cantal, au milieu des troupeaux de vaches. 

Paul Totti est éleveur de charolaises. 180 vaches, sur 280 hectares

Nous on est à des années lumières de ce genre de système. Vu du Cantal, dire que les vaches sont la solution à l'urgence climatique, ça nous paraît un peu utopique"

Paul Totti est un éleveur de vaches bio, et pour lui manger de la viande est un acte militant et écologique : "on remet de la vie dans le sol", dit-il. 

Il fait pousser lui-même son lupin, bio, pour remplacer le soja en complément de l'herbe, sans engrais chimique elle aussi. 

Mais d’autres éleveurs la dopent !

Y'a de l'engrais pour que l'herbe pousse plus vite... c'est fait avec du pétrole" 

Mais cet éleveur assure que sa viande est bonne. Le bio c'est trop de paperasse, de contraintes, et surtout moins de rendement, donc de revenus. 

Et ne venez pas leur dire qu'ils polluent. Ni qu'il faut arrêter de manger de la viande...

C'est pour tuer l'agriculture ! arrêtez les conneries, la viande il s'en est toujours mangé, c'est pas pour ça que ça fait mourir, ni que ça pollue !"

D’ailleurs "la pollution ici on ne la voit pas", dit Robert. Il mange de la viande tous les jours depuis 70 ans, et compte bien continuer. 

Les vaches et les prés de Girgols, dans le Cantal
Les vaches et les prés de Girgols, dans le Cantal © Radio France / Camille Crosnier
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.