Peut-on développer une conscience écologique dès le plus jeune âge ? Direction une école maternelle pour le savoir où des ateliers sensibilisent les tout petits, sur le toit transformé en immense jardin.

Séance de jardinage sur le toit de l'école, avec les enfants de la maternelle Gustave Rouanet
Séance de jardinage sur le toit de l'école, avec les enfants de la maternelle Gustave Rouanet © Radio France / Camille Crosnier

Ici à l'école maternelle Gustave Rouanet, dans le 18ème arrondissement de Paris, c'est sur le toit plutôt qu'en classe que les élèves préfèrent être : un figuier, des fraises, des tomates, des concombres, des roses... Et tout au fond de ce jardin, un grand bac plein de terre sur lequel les élèves de 5 ans seulement se penchent et plongent leurs petites mains : 

"La terre c'est pas sale... On fait du compost ! "

Les élèves réunis autour du bac de permaculture sur le toit de l'école maternelle
Les élèves réunis autour du bac de permaculture sur le toit de l'école maternelle © Radio France / Camille Crosnier

Tous ces jardiniers ont leur pelle et leur râteau - aussi minis qu’eux - et adorent les petites bestioles. Mais ça n’a pas toujours été le cas.

" Avant je tuais les insectes, parce que j'avais peur, mais après j'ai compris qu'il ne fallait pas [...] ils ont besoin de vivre, ils sont plus petits que nous" confie une élève.

Et c’est Michèle, enseignante de l’école à la retraite, qui aide à les sensibiliser, avec son mari Bruno :

"Ils comprennent les enjeux. Nous on vous laisse une drôle de planète... C'est sur eux qu'il faut compter, à eux de jouer maintenant " commente le couple de retraités, à côté des enfants ravis.

Avec Michèle sur le toit de l'école
Avec Michèle sur le toit de l'école © Radio France / Camille Crosnier

Les sensibliser avec du positif, d'ailleurs, est un élément indispensable, pour la directrice de l’école, Elise Raybaud. "On reste sur le plaisir, pas de notions de collapsologie ou de dramatique ici !". 

Les mains dans le compost
Les mains dans le compost © Radio France / Camille Crosnier

L’école est classée REP+, les établissements les plus en difficulté. L'idée est aussi que les enfants puissent transmettre à leurs parents. 

Ces Greta en herbe sont tous conscients de l'état de la planète, qui "ne va pas être en forme si on ne la protège pas". 

Déjà bien avancés à leur âge, bien plus en tout cas que certains adultes.   

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.