C'est aujourd'hui partout : le bilan carbone, notre empreinte carbone, la neutralité carbone... Mais savons-nous vraiment ce que ça veut dire ? Spoiler : non ! Heureusement, on vous explique tout.

Ca fait rêver, bilan carbone, empreinte carbone, impact carbone… la neutralité carbone, que l’Union Européenne en particulier s’est donné pour objectif d’atteindre en 2050.

En fait ce sont surtout des termes qu’on entend de plus en plus, mais que nous, le peuple, avons encore bien du mal à définir précisément. 

Le bilan carbone c'est un élément naturel, chimique, qui peut prendre différentes formes. C’est grâce notamment à lui que les arbres grandissent, et quand il est sous forme de gaz, c’est lui le fameux CO2, le dioxyde de carbone, qui fait partie des gaz à effet de serre. Rejeté dans l’atmosphère, c’est mal, par les activités humaines. Car absolument tout ce qu’on fait a une empreinte carbone. 

Roman Ledoux est ingénieur spécialiste de l’énergie chez Carbone 4 nous explique tout : 

"Lorsque vous achetez sur internet, il a fallu construire des usines pour la logistique, il a fallu des camions pour le transport des produits et c'est l'ensemble de ces flux-là que le bilan carbone va permettre d'approcher"

Alors moi je veux bien, mais comment on fait ? Parce que c’est très difficile de calculer son empreinte carbone. 

D’autant que même les voitures électriques, « propres », donc, ont du être construites, dans des usines avec des matériaux venus parfois du bout du monde bref on ne s’en sort plus. 

Certains affichent le bilan carbone, de votre trajet par exemple pour la SNCF ou la RATP…y’a aussi une entreprise suédoise qui veut lancer une carte de paiement permettant de visualiser les émissions de CO2 de tous ses achats, et même de bloquer les paiements si on dépasse un certain seuil. Chez Carbone 4, ils devraient eux, l’été prochain sortir une application, qui fait le calcul pour nous, à condition qu’on y rentre tous nos faits et gestes… il faut le vouloir. 

Difficile aussi de s’y retrouver dans la jungle du fameux « greenwashing ». Car sachez-le, le zéro carbone n’est pas si zéro que ça.
Et pendant ce temps-là la Terre fait son boulot : elle s’adapte. En se réchauffant. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.