Les insectes eux-aussi disparaissent : 80% en 30 ans rien qu'en Europe d'après les dernières études. Des petites bestioles qu'on ignore ou qu'on craint, alors qu'elles sont essentielles à la biodiversité ! Réconcilions-nous grâce aux chercheurs passionnés par nos pires cauchemars : le frelon et la blatte.

Le plus gros frelon du monde : le frelon géant d’Asie, « Vespa mandarinia »
Le plus gros frelon du monde : le frelon géant d’Asie, « Vespa mandarinia » © Camille Crosnier

C’est en lisant un article du Monde il y a quelques jours, « Pourquoi l’empathie pour les insectes est un art difficile », que je me suis moi aussi rendue à l’évidence : si je pense petite bestiole, je pense effectivement plus « dégage » que « oh mais que tu es mignonne petite punaise », en bonne urbaine ayant oublié toutes ses racines pourtant rurales. Et comme les insectes eux aussi disparaissent – 80% perdus en moins de 30 ans en Europe d’après l’une des dernières études sur le sujet, je me suis dit c’est plus possible… alors me voilà partie au temple du petit peuple invisible, j’ai nommé : le Museum national d’histoire naturelle. Je suis allée voir deux chercheurs passionnés de nos pires cauchemars : le frelon et la blatte. 

Nous voici dans la plus grande collection d’insectes au monde avec Quentin Rome, entomologiste spécialiste des guêpes dites « sociales »

Le frelon est non seulement cool, donc, mais surtout utile à l’environnement, avec ses amies les guêpes.

Sans oublier le rôle de pollinisateur. Alors, je serais bien restée plus longtemps au milieu des bocaux remplis de frelons, je commençais à m’y faire, mais j’avais rendez-vous avec une autre espèce mal-aimée à l’étage au-dessus.

La blatte, appelée aussi cancrelat, ou cafard, Philippe Grandcolas l'étudie depuis plus de 30 ans au CNRS. 4000 espèces connues mais il y en aurait cinq fois plus. Intarissable bien sûr, et aussi passionnant que passionné.

Au revoir la légende urbaine. Des blattes extraordinaires et des frelons cools. Comme le chantaient les Inconnus (oui) :

Les insectes sont nos amis, il faut les aimer aussi ! 

En tout cas les laisser tranquilles. Et c’était il y a 30 ans, juste avant l’hécatombe, donc.  

Blatte « blaberus giganteus », l’une des plus grosses blattes du monde vivant notamment dans la forêt amazonienne
Blatte « blaberus giganteus », l’une des plus grosses blattes du monde vivant notamment dans la forêt amazonienne / Camille Crosnier
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.