Clémentine Moulin est l'une des nombreuses femmes du Tara, ce voilier scientifique qui parcourt le monde pour étudier la pollution des fleuves et océans. Elle gère toute la logistique du bateau, et nous emmène à bord, pour en visiter les moindres recoins...

Clémentine Moulin est coordinatrice d'expédition sur la goélette Tara
Clémentine Moulin est coordinatrice d'expédition sur la goélette Tara © Radio France / Camille Crosnier

Pourquoi cette goélette s'appelle Tara ?

Son nom s'inspire de la propriété de Scarlett O'Hara dans le roman de Margaret Mitchell Autant en emporte le vent. Le bateau a été ainsi baptisé par Agnès B.

"Un endroit où il fait bon vivre, où on se sent bien et où on a envie de revenir." précise Clémentine Moulin

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Poste de pilotage de Tara
Poste de pilotage de Tara © Radio France / Anna Massardier

Dans la salle des machines avec deux moteurs prénommés Brigitte et Thérèse pour bâbord et tribord

Dans la salle des machines
Dans la salle des machines © Radio France / Anna Massardier
Le "carré de Tara", où se réunit l'équipage.
Le "carré de Tara", où se réunit l'équipage. © Radio France / Anna Massardier
Clémentine Moulin, coordinatrice d’expéditions sur Tara. Elle est au "moulin à café", une manivelle qui multiplie les forces pour actionner les winchs.
Clémentine Moulin, coordinatrice d’expéditions sur Tara. Elle est au "moulin à café", une manivelle qui multiplie les forces pour actionner les winchs. © Radio France / Anna Massardier
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.