Emmanuel Macron est attendu en fin de semaine par les 150 français tirés au sort composant la Convention citoyenne pour le climat. Mais depuis son lancement en octobre dernier, elle a du mal à sortir de l'ombre...

Quid de la Convention citoyenne pour le climat
Quid de la Convention citoyenne pour le climat © AFP / IAN LANGSDON / POOL

Cette convention regroupe donc 150 citoyens tirés au sort pour parler climat un week-end par mois depuis octobre : objectif 40% d’émissions de gaz à effet de serre en moins d’ici 2030, avec des propositions au printemps, qui seront soit appliquées directement, soit votées par référendum, soit débattues au Parlement.

Une idée d’Emmanuel Macron, qui ira voir lesdits citoyens vendredi.
Mais beaucoup de français ne connaissent même pas l'existence de cette convention ! 

Et les citoyens membres de la convention savent qu’ils manquent de visibilité, comme Grégoire, 31 ans, habitant du Calvados :

"On est dans une phase de travail, dans l'audition d'experts, ce qui peut paraître obscur et savant, mais c'est dommage parce qu'on donne beaucoup de notre temps et on a envie de partager avec beaucoup de monde."

Il précise qu’il n’était pas du tout écolo ou engagé à la base ! 

Daniel, électricien du côté de Foix, fait lui aussi le même constat. Il nous a d’ailleurs écrit il y a quelques semaines : « il faut en parler davantage !», car ces écolos du hasard s'investissent et travaillent, une fois par mois, donc, au Conseil économique et social.

"Même si on explique ce qu'est la convention, ce n'est pas évident d'expliquer ses finalités, sa légitimité. On saura exactement ce qu'est ce machin qu'à la fin de la convention une fois qu'on aura soumis nos propositions, si elles sont prises en compte et vont dans le sens du mandat."

Certains sont sceptiques : serait-ce "un nouvel outil d’affichage vert à la solde du pouvoir" ou un pétard mouillé à l’arrivée ?

Même Muriel, autre membre de la convention, s’est posé des questions :

"On ne va pas non plus croire que parce qu'on arrive, 150 citoyens, tout va se faire, et qu'on va être en capacité d'apporter les meilleures solutions qui soient... Mais on essaie et on y croit."

Et à qui la faute si les gens ne s’y intéressent pas ? Devinez… 

"Le fait que ça prenne va dépendre des médias, j'aimerais bien que l'on en parle un peu plus. Un certain nombre de médias se disent sans doute 'on reviendra quand ils auront des choses à nous dire'. Ce qui va me décevoir c'est si on n'en parle pas à la fin." affirme Cyril Dion, l'un des garants de la convention, à ce sujet. 

Réponse au printemps, la convention doit terminer ses travaux en avril… Mais vous pouvez déjà être sûrs qu’elle aura son nouveau gros quart d’heure de célébrité en fin de semaine, venue du Président oblige. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.