L'environnement fait partie des attentes numéro 1 des français, à 4 jours du premier tour des municipales. Les candidats l'ont bien compris et "verdissent" leurs programmes. Certains se sont même rués sur les conseils !

L’environnement fait partie des attentes numéro 1 des français

Toujours dans le trio voire le duo de tête d’après les derniers sondages, avec la sécurité. La préservation de notre planète, la lutte contre la pollution et contre le dérèglement climatique, c’est important, même au niveau local, et ça se vérifie dans la rue :

"C'est sûr que l'environnement ça me touche beaucoup, ça me tracasse beaucoup" avance une passante

Et ça les candidats aux municipales l’ont compris et verdissent leur programme

L’ADEME, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, a sorti un document à l’automne pour les aider à « verdir » les programmes : 20 fiches thématiques avec des chiffres clés, des méthodes, et des exemples, dans le guide « Demain mon territoire, idées et solutions ». Il a cartonné, puisque les 3.000 exemplaires papier sont tous partis, et le site a enregistré 30.000 téléchargements ! Nicolas Soudon, en charge des territoires à l’ADEME, a été le premier surpris :

"On ne s'attendait pas à ce qu'il y ait un tel succès. C'est rare qu'on ait autant de téléchargements, ce qui démontre que pas mal de candidats l'ont téléchargé. On ne demande aucun droits sur ces fiches."

Parce que les petits malins sont aussi du côté de l’ADEME, qui par cet intermédiaire répand, "la bonne parole" parmi les futurs élus municipaux, et oui !

"S'ils le font en se basant sur des outils que proposent l'ADEME qui sont scientifiquement valides et qui correspondent à des objectifs de politique publique qui sont ceux de la France, c'est un bonne nouvelle, ça évite justement de faire du green-washing."

Comment les électeurs voient-ils ce « verdissements » des programmes : sincère, ou calculé ?

"J'espère que c'est sincère, il y a une conscience avérée et sans doute des questions électoralistes."

Nicolas Soudon, comprend que certains élus aient besoin d’aide en la matière. L’Ademe avait d’ailleurs eu l’idée de faire ce guide après des échanges avec plusieurs d’entre eux un peu paumés, il y a 1 an et demi : 

"Il faut se mettre à la place des candidats, ce n'est pas forcément simple, c'est rare que les candidats aux élections municipales soient eux-mêmes les experts techniques d'un sujet, sachant que les électeurs sont de plus en plus exigeants sur ces sujets."

Comment vérifier de notre côté que les programmes en matière d’environnement ne sont pas du flan ?

Le Réseau Action Climat, a réalisé un décryptage pour vous donner des clés, inspirées du « pacte pour la transition », porté par plus de 60 ONG. C’est Zoé Lavocat responsable climat et territoire qui donne les conseils : 

"Le climat doit être pris en compte de manière transversale et de manière générale dans tout le programme et pas uniquement sur un secteur. Il faut aussi que ça cible les principaux secteurs émetteurs de gaz à effet de serre. Les mesures doivent être précises."

Si ça parle parkings ou de développer les énergies renouvelables, sans échéance et sans détails, a priori on n’est pas sur la bonne voie, ou alors le candidat aura encore un peu de boulot pour passer au vert.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.