A la veille de la clôture de la Cop 25 à Madrid, rencontre avec les jeunes qui ont voulu participer à la conférence. Ils sont observateurs, et assistent à toutes les réunions.

Les jeunes de la COP25
Les jeunes de la COP25 © Getty / picture alliance

Ils sont plusieurs centaines sur place, membres d’organisations du monde entier, pour faire entendre leur voix et parmi eux quelques dizaines de français, dont Hugo Viel et Irène Colonna d’Istria, pour l’ONG Climates.
Deux étudiants de 21 et 24 ans. Hugo a sauté sur l’occasion, et dans un train, quand la Cop a été déplacée en Espagne plutôt qu’au Chili.

Hugo est observateur et assiste aux réunions toute la journée

Les observateurs peuvent ainsi rédiger des comptes rendus et dans le cas d'Hugo ils sont publiés sur la page Facebook de Climates

Mais ce n'est pas toujours facile, en témoigne Irène, qui passe les deux semaines entières à Madrid. C’est sa toute première Cop et elle considère manquer parfois de vision juridique et technique pour tout saisir.

"Comme il est difficile de comprendre tous les enjeux quand on parle on ne se sent pas forcément légitime."

Concernant la « méthode Greta », Irène l’admire et l’envie presque, mais n’en est pas capable, et s’interroge :

"Je pense qu'une COP ce n'est pas le meilleur lieu pour être enragé, c'est plutôt la rue."

Mais ils ont quand même fait un petit coup d’éclat hier, pour dénoncer les pays qui n’en font pas assez, comme Hugo l'explique :

"Les USA ont largement eu leur récompense à être les meilleurs pour faire le pire, le Brésil, le Canada et l'Australie aussi."

Quels bilans dressent-ils de la COP25 ? 

D'après Hugo, "Il y a beaucoup de déceptions dans les couloirs de la COP. Les pays du Nord mettent beaucoup de freins à financer les pays du Sud, ce qui est toujours le grand débat pendant les COP. On en ressort avec un peu de frustration."

Pour Irène, "Etre jeune à une COP est un rôle un peu bâtard en même temps on sait que c'est important d'être là et l'autre élément marquant est le décalage entre le terrain et la froideur des négociations et on a envie d'être le lien entre les deux."

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.