Le glyphosate sera interdit en France à partir du 1er janvier 2021, et le 1er janvier 2023 au plus tard, mais un rapport parlementaire de suivi du plan de sortie estime que le calendrier prévu sera difficile - si ce n'est impossible à tenir pour certains agriculteurs.

Les exploitations ne sont pas prêtes, dit le rapport, écoutez l’un de ses auteurs le député de la majorité Jean-Luc Fugit 

"Chercheurs et spécialistes nous disent qu'en l'état actuel des connaissances cette sortie abrupte serait difficile pour nombre d'entre elle."

Sortie « abrupte », décidée il y a presque deux ans. Alors pourquoi le délai est-il trop court, selon eux ?
Le rapport avance des éléments comme des « impasses techniques », par exemple obligé de faire du désherbage à la main s’il n’y a pas de glyphosate – investissement intenable en main d’œuvre, écrit-il – ou encore des surcoûts pour le matériel alternatif et les autres produits chimiques, plus chers. Et puis il y a aussi les tracteurs, qui devront labourer davantage.

Le produit a été classé cancérogène probable par l’OMS, pouvant donc favoriser l’apparition d’un cancer. Et sa dangerosité, même Emmanuel Macron l’a relevée, c’était l’an dernier au salon de l’agriculture

"Le glyphosate, il n'y a aucun rapport qui dit que c'est innocent."

C’est d'ailleurs bien Emmanuel Macron qui avait annoncé la sortie du glyphosate.

En novembre 2017 il a en effet tweeté :

Sauf que les alternatives, donc, ne seraient pas encore prêtes. Le rapport demande une liste des cultures qui pourront bénéficier de dérogations. Et relève au passage qu’il n’y a pas de données sur l’usage du glyphosate, uniquement sur les ventes. On est loin de ce qu’assurait François de Rugy en janvier dernier, il était encore ministre de la transition écologique :

"En 2021, nous en auront fini avec le glyphosate."

Elisabeth Borne la nouvelle ministre de l’écologie assurait dimanche ici sur France Inter que le gouvernement restait « résolu à sortir du glyphosate, dans le calendrier prévu ».  

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.