Petit tour au salon Grands Voyages, consacré aux séjours de luxe partout dans le monde, où allier écologie et tourisme n'est pas facile...

salon des Grands Voyages : « soleil, neige, croisière »
salon des Grands Voyages : « soleil, neige, croisière » © Radio France / Camille Crosnier

L'affiche bleue turquoise du salon des Grands Voyages annonce d'emblée la couleur avec la formule : « soleil, neige, croisière ».
Adieu l'attention au bilan carbone, le salon propose des destinations pour les deux pôles et partout dans le monde, Caraïbes, Tahiti, Groenland...

Les croisières polaires sont prises d’assaut, on comptabilise quatre fois plus de bateaux en dix ans - malgré un budget conséquent de 5 000 euros minimum la semaine au nord et de 15 000 pour deux semaines de voyage au pôle sud, avec un an d’attente.

Au salon des Grands Voyages pour des croisières vers les pôles
Au salon des Grands Voyages pour des croisières vers les pôles © Radio France / Camille Crosnier

"Les gens qui partent là-bas en reviennent revigorés, ils savent qu'il faut se battre pour que cette nature existe encore, c'est en voyant ces choses magnifiques que l'on comprend qu'il faut lutter pour qu'elles existent demain et après-demain."

Il faut aller voir ce qu’on contribue à faire mourir pour ne pas le voir disparaître, tout un concept.
Greenpeace définit cela de « tourisme tragique » rendu possible grâce à la fonte des glaces, accélérée en Arctique et en Antarctique. 

Certains visiteurs admettent l'incompatibilité entre écologie et voyage, quand d'autres ne s'en préoccupent absolument pas. 

"Tout le monde essaie de culpabiliser tout le monde... L'écologie, faut pas nous prendre la tête avec ça " assume un visiteur pour qui le prochain voyage sera l'Australie 

Pour rappel, le conseil de l’Arctique dénombre 300 milliards de microplastiques flottant dans les eaux du Grand Nord. L’ONG Transport Environment, avance le chiffre de 200 paquebots rejetant 20 fois plus d’oxydes de soufre concernant les croisières en Europe, faisant ainsi de la croisière l’un des principaux polluants de l’air, plus que toutes les voitures sur le continent réunies.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.