Des nouvelles de la planète cette semaine, et il y en a même des bonnes, oui oui !

Gobemouche des îles Togian (Cyornis omissus omississimus) sur l’île de Batudaka (Indonésie)
Gobemouche des îles Togian (Cyornis omissus omississimus) sur l’île de Batudaka (Indonésie) © James Eaton / Birdtour Asia / Université de Singapour

Cinq nouvelles espèces d'oiseaux découvertes

Je vous emmène sur une île isolée de l’Indonésie, l’île de Taliabu, où l'on peut entendre le chant de la locustelle tachetée, l’une des cinq nouvelles espèces d’oiseaux découvertes dans les Célèbes. 

Cinq espèces d’un coup, c’est extrêmement rare en ornithologie, l’info est donc de taille. Ce sont des oiseaux de la famille des passereaux, parmi lesquels ont compte à présent la locustelle, le myzomèle rouge, un rhipidure, deux pouillots et cinq sous-espèces en bonus. Une belle découverte réalisée par l’équipe du chercheur allemand Frank Rheindt, quadra maître de conférence à l’université de Singapour, dont il nous fait le récit :

"Il s’est mis à pleuvoir très fort, et les gens du coin savaient que ça allait durer encore deux jours, donc ils sont redescendus au village… moi je suis resté, alors que je n’avais encore rien trouvé du tout… donc j’étais là, le cœur lourd, pas loin d’abandonner, quand au dernier moment, dans la pluie, j’ai entendu le chant de la locustelle… ça ressemble à un insecte, comme un cricket ou une sauterelle"

"Ça n’était pas le même son que d’autres locustelles de la région… donc je savais que c’était une nouvelle espèce. Il m’a fallu au total trois expéditions dans la montagne pour la voir, plus d’une semaine après… J’étais tellement content, c’était vraiment une nouvelle espèce je ne m’étais pas trompé… c’est incroyable de penser qu’on a découvert quelque chose qui n’existe pas encore dans les livres."

Frank Rheindt met en garde, malgré la bonne nouvelle, car même sur une île sans aéroport, isolée - avec des oiseaux tout en haut des montagnes, qu’ils occupent au passage depuis 1 à 2 millions d’années d’après les études moléculaires qu’ils ont faites - même là, ils sont en danger, en cause, la combinaison du réchauffement climatique et de l'exploitation forestière – donc de l’activité humaine. 

L’Australie d’abord, qui brûle toujours malgré la pluie

Enfin, des trombes d’eau depuis deux jours sur l’Est du pays, soulagement pour les pompiers, mais soulagement relatif car tous les brasiers ne sont pas éteints et la boue ensuite pourrait compliquer la progression des camions.
Le bilan aujourd’hui c’est 100 000 km² partis en fumée (10 millions d’hectares), 28 morts chez les humains et des chiffres inconcevables pour les animaux. D’ailleurs, c’est une hécatombe sur l’île Kangourou plus à l’ouest, dont le parc national a été brûlé, tuant presque 40 000 koalas sur les 46 000 de l’île, une opération de sauvetage est en cours… et les photos partout sur internet brisent toujours autant le cœur.

Sauvetage aussi, de chevaux recouverts de cendres, au pied du volcan Taal aux Philippines

Les propriétaires de ces chevaux, qui servent habituellement à transporter les touristes sur le volcan sont retournés les chercher en bateau, on les voit les laver. Alors que les signes d’activité du volcan sont toujours présents. 

Patrick Pouyanné, le PDG de Total, parle climat et transition énergétique

"Le débat aujourd'hui est beaucoup trop manichéen, on pense qu'il y a un monde blanc et noir moi je comprends qu'il y ait des jeunes qui veuillent qu'on agisse. Si j'écoute la rue, je devrais y aller très très vite, voire abandonner d'investir dans le pétrole, mais ce n'est pas possible, ce n'est pas comme ça qu'on fait évoluer une entreprise." déclarait Patrick Pouyanné, lors de la conférence annuelle de l’opérateur boursier Euronext.

Si certains doutent encore du réchauffement climatique, sachez que 2019 est la 2e année la plus chaude jamais enregistrée sur Terre, après 2016.

Programmation musicale
  • Stephan EicherJe n'attendrais pas2019
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.