Camille a rencontré Thomas Brail, cet homme perché dans un arbre en face du ministère de l’Écologie depuis bientôt trois semaines. Il proteste contre l'abattage d’arbres à Condom, une commune située dans le Gers.

Thomas Brail, l'homme perché à 15m de haut dans un platane en face du ministère de l'écologie pour protester contre l'abattage d'arbres.
Thomas Brail, l'homme perché à 15m de haut dans un platane en face du ministère de l'écologie pour protester contre l'abattage d'arbres. © Radio France / Camille Crosnier

Thomas Brail est donc perché à 15 mètres tout là-haut dans un platane sur le boulevard Saint Germain à Paris. Pour l'interviewer, Camille a dû sortir l'escabot, il est hors de question pour lui de mettre un pied à terre.

 Thomas Brail, l'homme perché dans un platane depuis trois semaines, en face du ministère de l'écologie, interviewé par Camille Crosnier
Thomas Brail, l'homme perché dans un platane depuis trois semaines, en face du ministère de l'écologie, interviewé par Camille Crosnier © Radio France / Camille Crosnier

La lutte de Thomas Brail, c'est d’empêcher l’abattage de 25 arbres, à Condom - vous savez, la commune du Bonheur est dans le pré -, dans le cadre de l’aménagement d’une promenade pour les piétons.  

Le discours de cet « arboriste grimpeur » de profession est bien rôdé. Habitant du Tarn - et non du Gers, il s’est donc transformé en défenseur perché. Et il ne laisse pas indifférent ! En le voyant se balancer avec son harnais, tout le monde lève la tête ou s’arrête, y compris les touristes étrangers qui le prennent en photo.

Sur le livre d’or, il y a même un mot de l’ancien Premier Ministre Bernard Cazeneuve : « mon soutien pour cette belle cause qui appelle courage et ténacité ». Thomas Brail n’a pas de date limite, tant pis s’il ne voit pas sa femme et son fils de 2 ans, tant pis aussi pour le bruit et la pollution.  

"Je morfle sévère"

Depuis le 28 août, la ministre Elisabeth Borne n'a pas traversé la rue une seule fois. Son cabinet assume, mais rappelle que son bureau est ouvert pour recevoir l'activiste. Et précise, cela dit, que l'affaire ne relève pas de ses compétences mais de celles du maire...

Le voici au téléphone, très en colère, Gérard Dubrac, maire de Condom depuis 35 ans : 

"arrêtez de me faire passer pour le dernier des monstres qui est en train de défigurer la planète ! Monsieur Brail est un monsieur qui n'en a rien à foutre des arbres, il ne pense qu'à sa notoriété, à faire le pitre dans un arbre. Ce dossier a passé tous les méandres de l'Etat et le tribunal m'a donné raison alors je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas."

Le maire précise qu’il ne s’agit pas de 25 arbres mais de 16. Et que tout a été fait dans le respect des règles, malgré l’article L350-3 du code de l’environnement qui interdit l’abattage des arbres – sauf dérogation.

Un rapport d’août 2017 de l’office national des forêts a étudié les 91 arbres de la promenade, et n’en classe qu’un, le platane 42, à abattre. Le reste est un principe de précaution dit le maire. 

L’un campe donc dans son pré, l’autre dans son arbre. La date de l’abattage n’est pas encore programmée. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.