Comme tous les vendredis, on parle de l'écologie à Radio France. Bienvenue dans le rucher, où entre 90.000 et 400.000 abeilles s'affairent, aux portes de la Maison de la Radio !

Jean-Christophe Rousseau, président de l'association apicole de Radio France, face à ses abeilles
Jean-Christophe Rousseau, président de l'association apicole de Radio France, face à ses abeilles © Radio France / Camille Crosnier

On ne les voit pas beaucoup, mais en tendant l'oreille on peut faire la connaissance des abeilles de Radio France. Habitantes de 6 ruches, installées au pied de la Maison de la Radio, il y en a au moins 90.000 en ce moment, et ça peut monter à presque 400.000 l’été !

Les variétés sont choisies pour être adaptées à un environnement citadin, et c’est le président de l’association apicole de Radio France, Jean-Christophe Rousseau, musicien du chœur, aujourd’hui retraité, qui est à la manoeuvre.

Le camail (la grande combinaison blanche des apiculteurs) reste obligatoire pour travailler avec les pollinisatrices — pour se protéger non pas de l’agressivité, mais de la réaction potentielle des abeilles.

Pour les prévenir qu’on est là, mais aussi pour les calmer, on projette de la fumée sur la ruche à l'aide d'un souffleur rempli d'épines de pin en guise de combustible. Cette fumée neutralise les phéromones qui permettent aux abeilles de communiquer, pour signaler un danger par exemple. Une fois que les abeilles sont prévenues, on peut ouvrir l’une des 6 ruches ! 

Actuellement, les demoiselles s'activent à faire des réserves à l’approche de l’hiver : de pollen et de nectar qu’elles trouvent en ce moment dans les tilleuls, de sophoras et de lierre grimpant du coin, en attendant les noisetiers et saules marsault au printemps.

Les 6 ruches de Radio France
Les 6 ruches de Radio France © Radio France / Camille Crosnier

Le miel qui en découle est vendu uniquement aux adhérents de l'association — l'adhésion coûte 10 euros par an (RDV sur aarf@radiofrance.com).

Ces ruches sont présentes depuis bientôt 10 ans. Notre passionnant apiculteur amateur a lancé l’association après s’être formé. Objectif pédagogie, et sensibilisation.

Jean-Christophe Rousseau compte d'ailleurs céder sa place pour pouvoir s'occuper de ses propres ruches tranquillement à la campagne, et cherche donc un successeur : avis, donc, aux amateurs !

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.