Dans le tour de l'actualité de la planète, «Idéale» la vache star du Salon de l'agriculture 2020, trop de jargon scientifique tuerait l'intérêt du public et le Tobamovirus...

Arrivée de "Idéale" la vache égérie du Salon de l’Agriculture
Arrivée de "Idéale" la vache égérie du Salon de l’Agriculture © AFP / Martin Bureau

Et d’abord l’arrivée sous les caméras et les flashs – on n’était pas loin du tapis rouge à Cannes – d’une star à 4 pattes, et à cornes, puisqu’il s’agit de la vache baptisée « Idéale », et désignée vache égérie du Salon de l’Agriculture qui s’ouvre demain.

La pauvre bête n’avait pas trop l’air de comprendre ce qui lui arrivait tout à l’heure quand elle a pris sa place à l’entrée, avec son petit veau... bon maintenant ils mangent tranquille sur le stand. Idéale a fait la route ce matin depuis le Beaujolais, la petite commune de Cours la Ville dans le Rhône, où l’élève Jean-Marie Goujat depuis 6 ans. Idéale comme toutes ses copines charolaises finira en bifteak après avoir été sur toutes les affiches et selfies au Salon, et caressée par le président de la République qui est attendu demain sur place. Après encore cela dit au moins 4 ou 5 ans, voire plus, de vêlage… Idéale est une très bonne reproductrice parait-il.

Pendant ce temps les vaches en Colombie avortent à cause du changement climatique explique une agricultrice 

« D’abord la chaleur est très intense, ensuite il y a des gelées très fortes, qui affectent le bétail… les vaches en gestation doivent avorter » 

Maria Leonor Ferrucho est sur les hauts-plateaux du centre de la Colombie où 48 000 hectares de cultures ont été détruits par le froid intense cette semaine.

De l’autre côté de la planète en Corée du Sud, Séoul a enregistré lundi sa plus forte chute de neige en un jour cet hiver.

Autre chute du côté de l’Asie, celle des émissions de gaz à effet de serre : l'épidémie de coronavirus a mis la Chine sous cloche, les activités industrielles et circulation sont en baisse, il y a 25% de CO2 en moins par rapport à la même période l’an dernier, et 1% des émissions annuelles de la Chine. Mais c’est provisoire et les choses pourraient en fait être pires si l’activité reprend de façon plus intensive, après l’épidémie de coronavirus.

Le Tobamovirus touche nos pépinières, appelé aussi le « tueur de tomates » et officiellement « virus du fruit rugueux de la tomate brune »

La contamination de tomates en serre dans une exploitation du Finistère est confirmée. Alors vous vous demandez quels sont les effets de ce virus ?
Réponse de Thierry Candresse, directeur de l’unité « biologie du fruit et pathologie » à l’INRA de Bordeaux :

« On va avoir des feuilles qui vont être déformés qui vont présenter des points de nécrose et on va avoir des symptômes qui se développent sur les fruits, des zones moins colorées et c'est la maturation du fruit qui ne se fait pas de façon normal. Mais il n'y a aucun risque pour l'homme. »

Et dîtes-vous que si les tomates que vous mangez ne sont pas bonnes, c’est peut-être juste parce qu’on est en février et que les tomates, comme les poivrons ou les aubergines touchés eux aussi par le virus, ça pousse et se mange l’été. 

D’après une étude de l’université de l’Ohio, trop de jargon scientifique tuerait l'intérêt du public

Trop de mots difficiles et spécialisés c’est un « signal qui dit aux gens qu'ils n'appartiennent pas à cette communauté, et donc ils se désintéressent », dit l’une des co-auteure, qui recommande de supprimer tout vocabulaire complexe et de vulgariser au maximum. 

Enfin une vidéo qui a été très partagée cette semaine sur les réseaux sociaux : Les rires d’une meute de hyènes s’en prenant à un lion qui s’est retrouvé seul sur leur territoire. Le sort du pauvre lion semble scellé, mais c’était sans compter sur une copine lionne de son clan, venue à sa rescousse.les hyènes s’éloignent et le lion n’est donc pas mort ce soir ! Un peu comme Idéale à qui on souhaite toute de même un bon salon.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.