L'an dernier, Emmanuel Macron affirmait que le vignoble français serait "le premier au monde sans glyphosate" : l'interdiction de l'herbicide est prévue pour le 1er janvier 2021, mais les producteurs de vin ne sont pas forcément de l'avis du président...

Les vignerons sont-ils prêts à sortir du glyphosate ?
Les vignerons sont-ils prêts à sortir du glyphosate ? © Radio France / wilatlak villette

L’interdiction du glyphosate en France, est censée être dans un an tout juste : sortie effective au 1er janvier 2021 pour l’essentiel des usages, 1er janvier 2023 pour ceux qui auront des dérogations.  

Et parmi ceux qui demandent un délai, il y a certains vignerons, venant mettre en doute ce qu’affirmait Emmanuel Macron l’an dernier, à savoir que le vignoble français pourrait devenir « le premier au monde sans glyphosate ». Car se passer de l’herbicide n’est pas si facile, en témoigne ce vigneron croisé dans un salon, il produit du Vouvray depuis 20 ans : 

"Ça demande beaucoup de main-d'oeuvre parce qu'il faut retravailler sans cesse la terre pour ne pas que l'herbe s'installe donc c'est beaucoup de travail et ce n'est pas évident de trouver de la main-d'oeuvre dans nos métiers surtout pour prendre la binette et cultiver la vigne comme ça se faisait avant."

Et il y a en plus la menace des maladies, François Gilay l'a vécu en 2018 : 

"Je n'avais pas vu une année avec du mildiou comme ça, et si je n'avais pas eu de produits de synthèse j'aurais mis la clé sous la porte c'en était fini pour moi."

Dans la Marne, Laurent Biard essaie, lui, de se passer d’herbicide depuis deux ans, non sans mal, à cause cette fois du terrain qui n'est pas propice. 

Du côté de la Bourgogne cet autre vigneron, Pascal Sorin, est paré :

"Moi je suis prêt, j'ai anticipé j'ai racheté un vieil enjambeur d'occasion qui va labourer"

Sauf que… 

"On consomme quatre fois plus de gasoil, donc est-ce que c'est mieux de consommer du gasoil que du glyphosate ? "

D’autant qu’ils sont nombreux à ne pas vouloir tomber dans la « psychose du glyphosate », classé cancérogène probable par l’OMS.

Mais quelle alternative pour le glyphosate ?

"Y'aura aucun produit de remplacement" en 2021, affirme Guy Loubrie, vigneron producteur de Sauternes, plutôt remonté : 

C'est des trucs d'écologistes de merde qui nous emmerdent ! Le glyphosate n'est pas le poison absolu que l'on croit.  Ceux qui ont de grands supercifies, sans glyphosate, ils peuvent rien faire ! "

Pour une vigneronne qui fait du Bordeaux bio, c’est surtout le fait de changer de système, d’habitudes de production qui freine les autres.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.