[Rediff] Les insectes eux-aussi disparaissent : 80% en 30 ans rien qu'en Europe d'après les dernières études. Des petites bestioles qu'on ignore ou qu'on craint, alors qu'elles sont essentielles à la biodiversité ! Réconcilions-nous grâce aux chercheurs passionnés par nos pires cauchemars : le frelon et la blatte.

Le plus gros frelon du monde : le frelon géant d’Asie, « Vespa mandarinia »
Le plus gros frelon du monde : le frelon géant d’Asie, « Vespa mandarinia » © Radio France / Camille Crosnier

Le Monde titrait, à la fin du mois d’août : « Pourquoi l’empathie pour les insectes est un art difficile », que je me suis moi aussi rendue à l’évidence : si je pense petite bestiole, je pense effectivement plus « dégage » que « oh mais que tu es mignonne petite punaise », en bonne urbaine ayant oublié toutes ses racines pourtant rurales. Et comme les insectes eux aussi disparaissent – 80% perdus en moins de 30 ans en Europe d’après l’une des dernières études sur le sujet, je me suis dit c’est plus possible… alors me voilà partie au temple du petit peuple invisible, j’ai nommé : le Museum national d’histoire naturelle. Je suis allée voir deux chercheurs passionnés de nos pires cauchemars : le frelon et la blatte. 

Nous voici dans la plus grande collection d’insectes au monde avec Quentin Rome, entomologiste spécialiste des guêpes dites « sociales »

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.