Entre l'utilisation des pesticides ou le bien-être animal, le monde agricole a été au cœur de nombreuses critiques depuis un an. Un "agribashing" contre lequel les agriculteurs se sont mobilisés. Et les visiteurs du Salon, ils en pensent quoi, eux ?

L’année qui vient de s’écouler a été marquée par un terme, qu’on a beaucoup entendu dans les médias : « l’agribashing »

Autrement dit, le dénigrement, les critiques contre le monde agricole. L’utilisation des pesticides, le traitement des animaux, l’exploitation intensive. L’agriculteur devient un gros méchant dans les esprits.

« On est mal, c'est le matraquage qui est dur, on a l'impression d'empoisonner les gens », criait l’an dernier une éleveuse à Emmanuel Macron en Auvergne à qui le président avait répondu : « J'en peux plus non plus de l'agribashing ». 

Pour la petite histoire, le terme a été sorti du bois début 2019 par la FNSEA.

Les agriculteurs mal-aimés, que l'on a vu manifester plusieurs fois à l’automne sur toutes les routes et devant les préfectures avec ce slogan : « France, veux-tu encore de tes paysans ? »

Quelle image ont les visiteurs du salon de l'agriculture, des agriculteurs ?

"Ils subissent beaucoup, c'est bien de venir les voir un peu ici."

"Ils sont courageux, même si le métier est un peu plus facile qu'à l'époque, mais il faudrait qu'ils soient un peu plus soutenus."

Ces commentaires représentent les presque 9 français sur 10, 88%, qui ont une bonne opinion des agriculteurs, et les jugent « courageux », mais aussi « utiles », et « passionnés », d’après un sondage Odoxa de la semaine dernière.

Des agriculteurs, il y en a moins depuis 30 ans, et de nombreux départs à la retraite sont prévus dans les 10 ans.

"Quand on pense aux pesticides on a tendance à ne pas avoir une très bonne opinion d'eux, moi je pense par exemple que les céréaliers de la Bosse par rapport aux éleveurs sont dans des situation plus confortables." remarque une dame.

"Moi je prône l'agrivoloving" conclut finalement un visiteur

L’agriloving, terme lui aussi venu des instances, il aurait été créé par les communicants de premier groupe agricole français.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.