Nauru, Saint Kitts et Navis, la Grenade ou encore Sao Tome, cela vous dit quelque chose ? Il y a 195 pays représentés au GIEC, et parmi eux, ces tout petits Etats qui veulent faire entendre leur voix !

Sur l’île de Nauru, l’un des plus petits Etats du monde avec 14 000 habitants
Sur l’île de Nauru, l’un des plus petits Etats du monde avec 14 000 habitants © Getty / David Kirkland / Design Pics

Ça y est le rapport du GIEC sur les océans est public. Parmi les délégations présentes, il y a de tous petits pays qui veulent peser dans les négociations. Des pays que vous auriez bien du mal à situer sur une carte… Si je vous dis Nauru, Saint Kitts et Navis, la Grenade ou Sao Tome et Principe, par exemple ? 

Des confettis dans les océans - Atlantique et Pacifique en l’occurrence. Nauru et ses 14 000 habitants est l’un des plus petits Etats au monde, une île de micronésie. Mais présente, donc, dans l’auditorium au même titre que la Chine, les Etats Unis, la France ou le Japon, et ses 15 délégués. Cheryl Jeffers et Aria Saint Louis, elles, sont à la tête des délégations de Saint Kitts et Navis et de la Grenade...

Cheryl Jeffers (à droite) et Aria Saint Louis (à gauche) qui représentent respectivement Saint Kitts et Navis et la Grenade
Cheryl Jeffers (à droite) et Aria Saint Louis (à gauche) qui représentent respectivement Saint Kitts et Navis et la Grenade © Radio France / © Camille Crosnier

Eux ne se sentent pas petits, loin de là, et estiment que leur voix compte autant que les autres dans les réunions pour rappeler à tous les participants qu’ils ont aussi un droit fondamental à vivre par rapport notamment à leur principale préoccupation la montée des eaux en particulier... Sans parler des ouragans, ou de l’eau salée détectée parfois dans l’eau douce. 

D’autant que ces petits pays, dont l’union fait la force, il arrive qu’ils parlent d’une seule voix, subissent plus qu’autre chose. 

Pour eux tous il est donc essentiel de se faire connaitre et entendre au GIEC, et de passer des heures à prendre la parole autant que les autres. Tant pis si c’est à l’autre bout de son monde

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.