Alors que le G7 vient de se terminer à Biarritz, avec le climat et la biodiversité annoncés au cœur des discussions, Emmanuel Macron a assuré : "nous allons agir". Et ce n'est pas le premier à le dire...

Emmanuel Macron durant le G7, Biarritz
Emmanuel Macron durant le G7, Biarritz © AFP / LUDOVIC MARIN

En fait, si on remonte jusqu'à Pompidou, tous les présidents ont fait de grandes déclarations. Paroles, paroles ? D'Emmanuel Macron à Georges Pompidou en passant par les "jeunes" de Valéry Giscard d'Estaing, quelles sont les plus belles paroles des politiques sur l'environnement ?

Emmanuel Macron :

en 2019 : "Nous devons répondre à l'appel de l'océan et à l'appel de la forêt qui brûle, nous allons agir !"

en 2016 : "Make our planet great again."

François Hollande en 2015 :

"Le 12 décembre 2015 restera une grande date pour la planète. C'est la plus belle et la plus pacifique des révolutions qui vient d'être accomplie, la révolution pour le changement climatique. Vive les nations unies, vive la planète, vive la France."

Nicolas Sarkozy en 2008 :

"Aujourd'hui, on sait : ne rien faire ne serait rien d'autre que criminel au regard de l'avenir de la planète, quel que soit le continent."

"Le temps de l'action est venu : nous avons trop attendu, nous ne pouvons plus attendre. Ce que j'ai dit ce soir, nous le ferons."

Jacques Chirac :

en 2002 : "Nous devons aujourd'hui réagir : c'est vital."

en 2006 : "Il y a l'enjeu écologique et il y a l'enjeu immédiat."

François Mitterrand en 1989 :

"La détérioration de l'atmosphère est aujourd'hui certaine. Ses conséquences peuvent ruiner les possibilités même de la vie sur la planète."

Valéry Giscard d'Estaing en 1977 :

"La France va organiser à l'automne prochain les Assisses européennes de l'environnement. C'est un problème qui se pose à l'échelle de notre continent."

"Je crois qu'il y a dans les thèmes de l'écologie, un réservoir d'enthousiasme et d'action pour les jeunes et je compte en automne m'adresser à un grand rassemblement de jeunes sur le thème de l'écologie."

Et finalement Georges Pompidou au début des années 70 :

"Le problème c'est de travailler à faire qu'un bon environnement soit compatible avec le progrès. C'est ce que nous cherchons à faire en France. C'est pour cela en particulier que j'ai créé le ministère de l'Environnement. Mais nous ne réussirons qu'à l'échelle internationale."

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.