Ça vous parait bizarre ? Pourtant en quelques jours, des utilisateurs de Twitter ont fait du candidat le héros de petits "comic strips" en trois cases.

François Fillon en juillet 2016
François Fillon en juillet 2016 © AFP / Jean-François Monier

Depuis de longues semaines maintenant, le nom du candidat est plus associé aux affaires Fillon qu'à son programme, et cela se répercute aussi, bien sûr, sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter, où une petite phrase est apparue très vite (en fait dès le premier jour de l'affaire, fin janvier, avec les révélations du Canard Enchaîné) : "Rends l'argent".

Le candidat ne peut plus dire une phrase sur son compte officiel, un média ne peut plus relayer une information sur sa campagne sans que quelqu'un sur le réseau social ne réponde juste : "Rends l'argent". Avec des variantes, comme "bonjour, rends l'argent" ou "tout à fait d'accord, rends l'argent"...

Même Jean-Michel Aphatie y avait participé à sa façon.

Certains en ont même profité pour ressortir ce clip de rap datant de 2015 au titre quasi prémonitoire.

Un running gag qui a pris encore plus d'ampleur cette semaine, après le passage le 23 mars de François Fillon dans l'Émission politique sur France 2.

Comic Strip

Car le gag est devenu visuel... Des petits malins ont retrouvé deux photos de François Fillon, prises le 20 mars 2015 par un photographe de l'AFP... Où l'on voit l'ancien Premier ministre d'abord penché sur son téléphone, puis relever la tête avec un air pensif, voire bougon.

La fameuse photo prise en juillet 2015
La fameuse photo prise en juillet 2015 © AFP / Jean-François Monier

Tout le monde s'est demandé ce qui se passait entre les deux photos... Qu'a donc vu François Fillon sur son écran ? Pour Twitter, c'est forcément le fameux message "Rends l'argent" ! Et depuis une semaine, les détournements se sont multipliés, sous la forme de mini-histoires en trois cases, calquées sur le format traditionnel des comic strips dans les journaux américains, dont Snoopy, Dilbert ou Garfield (d'où le titre de cette chronique, donc, vous voyez bien qu'on y avait réfléchi).

Depuis, c'est l'escalade.

Certains sont même allés jusqu'à montrer François Fillon fasciné par le passage de la Patrouile de France, dont les avions finissent par écrire le même message en fumée bleu/blanc/rouge.

Ça ne vole pas toujours très haut, mais il faut reconnaître que ça fait sourire.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.