Apparu en 2012 pour partager des informations sur le déroulement du scrutin présidentiel, le hashtag #RadioLondres a connu depuis une lente et triste déchéance.

Comment Radio Londres est devenu un hashtag utile, puis une plaisanterie...
Comment Radio Londres est devenu un hashtag utile, puis une plaisanterie... © Maxppp / Glasshouse/ZUMA Wire

1945 : Radio Londres, du point de vue de la grande Histoire, ce sont les fameux "messages personnels" envoyés par les forces françaises exilées en Grande-Bretagne à la résistance. Évidemment, dans une chronique qui parle d'Internet, on ne va pas s'attarder sur cet épisode historique : ce qui nous intéresse, c'est l'histoire de la renaissance du terme "Radio Londres".

Il a fait un retour fracassant en 2012, sur Twitter. Pendant l'élection présidentielle, quelques petits malins décident de contourner l'interdiction (toujours d'actualité) pour les médias et les citoyens français de diffuser des estimations sur le résultat du premier puis du second tour de l'élection. Pour y parvenir (sans se faire taper sur les doigts), ils donnent des indices sur ce que disent les médias de pays voisins, notamment la Belgique ou la Suisse, qui peuvent diffuser avant 20h le résultats de sondages "sortie des urnes", par exemple.

Les internautes diffusent donc les précieuses informations sous forme de messages un peu cryptiques : en 2012, ça donnait quelque chose comme "Napoléon est balayé par la rose", "Le flan est au four" ou encore "Le nain chausse du 26". Bref lors de ces deux soirées électorales, on voyait passer sous le hashtag, le mot-clé #RadioLondres toutes sortes d'énigmes plus ou moins farfelues à résoudre... Mais finalement assez intéressantes.

L'idée du hashtag #RadioLondres, alors réservé aux initiés, s'est depuis beaucoup répandue, profitant aussi du succès grandissant de Twitter : on l'a donc logiquement retrouvé lors des législatives, des municipales et même des régionales.

La rançon du succès

Voyageons à nouveau dans le temps, cette fois jusqu'au 23 avril 2017, premier tour de la présidentielle qui se termine ce week-end. Un premier tour qui a confirmé que #RadioLondres est devenu une coquille vide. Car l'arrivée massive de nouveaux utilisateurs sur Twitter a aussi vu une arrivée massive de militants. Or un militant, ça n'est pas vraiment là pour transmettre de l'information en toute objectivité, mais plutôt pour faire gagner son candidat, ou couler celui des autres. On l'a vu régulièrement (et dans tous les camps avec plus ou moins d'intensité) depuis quelques mois.

La soirée du premier tour sur Twitter a donc vu le retour du mot-clé Radio Londres, toute la journée, sauf que celui-ci ne relayait que de fausses informations (en tout cas jusqu'à la dernière heure de suspense, où l'on commençait à y voir un peu plus clair). Et pour cause : des informations, y compris dans les rédactions, on n'en avait pas. Radio Londres a donc surtout permis, outre les nombreuses blagues sur le scrutin, de voir passer un paquet de soi-disant "sondages cachés" promettant la victoire surprise et écrasante de tel ou tel candidat, tous balayés par le résultat final. Dans la journée, même le compte Radio Londres, devenu depuis un (excellent) média participatif, essayait de mettre les points sur les @.

Dimanche, on prend des pincettes

Évidemment, on risque de voir le même phénomène ce dimanche. L'occasion de rappeler qu'il faut toujours rester prudent avec ce qu'on voit passer sur les réseaux sociaux : évitez de relayer et donc de donner de l'ampleur à des chiffres ou des rumeurs. La seule prédiction que l'on peut faire, c'est qu'il y aura justement un paquet de prédictions à circuler, avec des intentions plus ou moins innocentes.

Si vous voulez avoir des informations précises (y compris un peu plus tôt que prévu), le plus sûr est de choisir de suivre quelques médias étrangers que vous estimez fiables. Ou, bien entendu, de vous tourner vers votre radio préférée. Enfin, si vous voulez remonter à la source de l'information officielle, le plus simple est encore de suivre le compte du ministère de l'Intérieur.

Programmation musicale
  • -M- Toumani et Sidiki Diabaté

    Bal de Bamako

    2016

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.