"Quoi qu'on en dise" : c'est le mot-clé lancé par les soutiens de François Hollande pour défendre le bilan du quinquennat sur Twitter. Mais pour l'instant, sans grand succès...

Les soutiens de François Hollande défendent son quinquennat
Les soutiens de François Hollande défendent son quinquennat © Twitter

Non, on ne va pas parler ici des mélenchonistes, des macronistes, des fillonistes, des hamonistes ni même des asselinistes... Mais des hollandistes. Des militants moins nombreux, moins visibles que les vastes campagnes sur Internet des candidats à la présidentielle, mais tout aussi actifs. Avec l'approche de la fin du quinquennat, on assiste depuis plusieurs semaines à une campagne de communication des soutiens du président de la République actuel et de son bilan, une campagne qui a tout ce qu'il faut pour réussir, et qui pourtant ne décolle jamais vraiment.

Tout commence fin novembre, du côté de la Gironde...

Des soutiens de François Hollande collent quelques affiches dans le département : on y voit François Hollande, accompagné de différents slogans sur des mesures précises, et à chaque fois d'un hashtag #Quoiquonendise. Hashtag repris justement par les militants sur Twitter.

Visuel accrocheur, slogan marquant, mot-clé simple, tous les ingrédients sont là. Mais arrive un premier caillou dans la chaussure : François Hollande annonce le 1er décembre qu'il ne se représente pas. Le hashtag #quoiquonendise fait encore quelques apparitions sporadiques puis disparait. Avant de réapparaître le mois dernier : nouvelle tentative, toujours avec le même mot-clé ett avec un nouveau visuel, dans le même ton que les précédents, avec un seul slogan cette fois : "On le regrette déjà". Là encore, quelques reprises mais ça ne décolle pas.

Re-belote le 1er mars : le hashtag #quoiquonendise est de retour, avec encore un nouveau visuel "Lui, il n'a pas de casseroles"... Cette fois, il est un peu plus repris dans les jours suivants, mais presque uniquement par les mêmes comptes, qui tweetent et retweetent le même slogan pour tenter de rallumer la flamme.

Parmi les promoteurs de cette campagne, on trouve notamment Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, ou Gaspard Gantzer, chargé de la communication de l'Élysée, qui retweetent les messages reprenant le slogan. La campagne est de plus en plus visible, mais sans prendre vraiment d'ampleur...Pire, elle attire même les moqueurs et les critiques : plus quelque chose est exposé sur les réseaux sociaux, plus il a de chances d'être détourné.

Certains profitent même du hashtag pour rediriger vers une autre campagne : celle pour la manifestation à Bastille samedi dernier, que nous évoquions la semaine dernière.

L'ultime étape de cette défense du quinquennat sur les réseaux sociaux, c'est la publication cette semaine par François Hollande lui-même sur son compte Facebook d'un article assez long sur le bilan de ces cinq dernières années.

Sur Facebook, on trouve une longue liste de commentaires élogieux, voire émus, regrettant par avance l'actuel président. Mais il ne faut pas oublier qu'il est beaucoup plus simple de filtrer et de modérer des commentaires sur Facebook que des réactions sur Twitter... Quoi qu'on en dise.

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.