• Eva Bettan

Regard sur le social

Regarder le social, comme on dit, est une fonction du cinéma. Cannes n’échappe pas à la démonstration. Même si cette 69e édition est moins riche que les précédentes. Trois films ont retenu notre attention.

American Honey

Des jeunes qui sillonnent l’Amérique en mini-bus pour vendre des abonnements à des magazines en porte-à-porte. Ils sont fragiles, paumés et sans attaches, recrutés au fur et à mesure des étapes du bus. Un teen-movie signé Andrea Arnold, qui nous parle surtout d’esclavage moderne.

I, Daniel Blake

Ses films racontent à eux seuls l’histoire sociale et engagée de la Grande Bretagne. Ken Loach, habitué de la croisette, et présent cette année avec un film sur l’absurdité administrative. Les déboires d’un chômeur handicapé qui se débat avec pôle emploi.

Swagger

Trop de films montrent un regard condescendant sur la banlieue. Olivier Babinet casse les codes avec un documentaire tourné avec des collegiens d’Aulnay-sous-Bois. Des jeunes qui parlent de leurs goûts, de leur vie, de leurs rêves. En un mot “ce que les jeunes ont sous leur capuche ”.

  • La B.O. par Patrick Cohen

Au casting de Cannes hier : Annie cordy, elle est à l'affiche au côté de Catherine Deneuvre du 50e film de Paul Vecchiali, 86 ans : Le Cancre . Annie Cordy qui a beaucoup tourné au cinéma, beaucoup chanté mais rarement fait les deux dans un même film, sauf dans un policier des années 1970...

ExtraitLes printemps d'Annie Cordy, bande originiale du film Le mataf de Serge Leroy.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.