Les poids lourds américains commencent à entrer à en compétition et leur point commun c'est qu'ils le font en musique. Avant Soderbergh et son Liberace demain, les frères Coen ont séduit le festival hier avec Inside Llewyn Davis .

Une odyssée de la loose... Celle d'un type qui aurait pu devenir Bob Dylan en cette fin des années 50 où Robert Zimmermann n'était encore qu'un garçon nasillard qui s’use les yeux sur des poèmes.

Dans le vrai Greenwich Village en ce temps là, Llewyn Davis s'appelait Dave von Ronk et il chantait ça :

Extrait.

Dans le film, les Coen font dire à l'un des personnages : « Le monde se divise en 2 catégories : ceux qui divisent le monde en 2 et les losers »… Les Coen ont choisi leur camp.

Extrait interview Ethan Coen.

C'est Oscar Isaac qu'on a vu notamment dans Drive qui interprète Llewyn Davis et qui chante réellement dans le film aux côtés de Justin Timberlake.

Justin Timberlake dans le film est l'un des membres du Kingston Trio que l'on vient d'entendre. L'un des jackpots de l'industrie musicale contre le forçat de la défaite.

Extrait interview Et han Coen.

Elle est étonnante la fascination de ces cinéastes pour les trajectoires volontairement saccagées. Chez Soderbergh, il sera question de Liberace , lui aurait pu devenir Elvis.

Extrait interview Ethan et Joel Coen

Et ça a plutôt intérêt à l'être puisque Soderbergh arrête le cinéma, dégoûté de ce qu'est aujourd'hui devenue cette industrie. Le monde se divise définitivement en deux catégories : ceux qui acceptent de vivre à genoux et ceux qui préfèrent mourir debout. Alors, à laquelle appartient Bob Dylan, le survivant qui clôt le film des frères Coen ?

Extrait de « Farewell » de Bob Dylan.

__

__

Et toujours les grands classiques du cinéma, restaurés et projetés à Cannes. Aujourd’hui, c’est Hiroshima mon amour, d’Alain Resnais… Avec Emmanuelle Riva et la musique de Georges Delerue.

Extrait de « La valse d’Hiroshima mon amour » par Georges Delerue… l’un des maîtres de la musique de films…

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.