Si vous aimez Nicole Kidman, vous serez aux anges : on la retrouve quatre fois dans ce festival ! Et elle n’est pas la seule à être omniprésente.

Nicole Kidman avant la montée des marches à Cannes (2017)
Nicole Kidman avant la montée des marches à Cannes (2017) © AFP / LOIC VENANCE

Le journal de Cannes d'Eva Bettan

En politique, on les appelle des cumulards, en justice, des récidivistes… Au cinéma règne loi du désir.

Si ces acteurs sont là, c’est qu’un cinéaste les a rêvés, et qu’ils ont su faire des choix.

Isabelle Huppert, en compétition, chez Michael Haneke, dans « Happy End », mais aussi (hors compétition) chez le coréen Hong Sang Soo« La caméra de Claire » .Est-il nécessaire d’en dire plus ? Une des carrières les plus belles qui soit, résumée par Thierry Fremaux, le délégué général du festival, puisqu'Isabelle Huppert était aussi la maîtresse de cérémonie de la soirée du 70ème anniversaire.

Itw Thierry Frémeaux

Et donc Nicole Kidman qiuatre fois, dont deux fois en compétition officielle, c’est à dire en lice pour un prix d’interprétation…

Le modèle de Nicole Kidman ? Isabelle Huppert…

Il y a eu des fluctuations, là on est dans un haut, mais la carrière de Nicole Kidman est intéressante, gonflée : Kubrick, Lars Von Trier... cela fait longtemps qu’elle ne s’est pas contentée d’être une actrice hollywoodienne. Elle a coproduit et elle joue dans une série télévisée à succès « Big Little Lies » et elle est féministe.

Itw Nicole Kidman

Les rôles un peu bizarre, troubles, l’attirent. La preuve encore dans « How to talk to girls at parties » de John Cameron Mitchell, :elle est une punk, look noir c’est noir… Dans la série « Top of the lake » de Jane Campion, elle a les cheveux gris et vient de quitter son mari pour une femme. Dans les deux films en compétition : elle est une responsable d'internat de jeune fille assez spéciale dans « Les proies » de Sophia Coppola.
*Dans « _mise à mort du cerf sacré\ » elle est une mère de famille qui, dans une situation terrible ne fait pas dans les sentiments et elle se montre sans apprêts, avec le cinéaste grec *_Yorgos Lanthimos.

Conclusion, au cinéma on aurait tort d’interdire le cumul des mandats

La BO par Pierre Weill

Une des images de ce festival 2017, Susan Sarandon ultra glamour lors du premier tapis rouge de Cannes. Elle était l’invité des projections d’un géant des cosmétiques.

Elle a choisi un film culte dont elle fut la vedette, Thelma et Louise, en 1991, musique de Hans Zimmer.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.