Trois paumés se lancent dans la création d'un restaurant. Une série danoise à l'humour noir qui offre une galerie de personnages diablement attachants.

Détail de l'affiche de Bankerot
Détail de l'affiche de Bankerot © Henrik Ruben Genz, Mikkel Serup, Annette K. Olesen

Voilà une série qui est capable de vous faire marrer avec une scène dans un groupe de soutien pour personnes en deuil. On ne sait jamais trop si on a le droit de rire, et c'est assez délicieux. Rendez-vous sur le site Arte + 7 pour voir les quatre premiers épisodes de Bankerot, avant la diffusion des quatre suivants jeudi prochains.

Quel plaisir de retourner au Danemark après Borgen !

Surtout avec une telle galerie de portraits. Les personnages sont des perdants magnifiques, tous très attachants. Thomas est un ancien sommelier qui vivote avec son fils de neuf ans dans un local désaffecté. Il est franchement déprimé, voire totalement dépressif, ne se remet pas de la mort de sa femme deux ans plus tôt. Quant à son fils, il ne parle plus depuis que sa mère a disparu. Et là, Dion débarque dans leur vie. C'est un ami d'enfance de Thomas, cuistot accro à la cocaïne, qui vient de sortir de prison. Ce deux-là vont décider de lancer un restaurant. Ou plutôt un "resaturnat", car Thomas est dyslexique et c'est lui qui était chargé de mettre les lettres de l'enseigne dans le bon ordre.

Évidemment, rien ne va se passer comme prévu dans cette série qui mêle trafic de drogue et gastronomie

Signalons que le grand méchant, le patron de la pègre, est surnommé "la petite souris" (devinez un peu ce qu'il fait aux dents de ses ennemis...) L'acteur qui joue Dion, le cuistot, est le sosie danois de Clovis Cornillac, lui-même aux fourneaux dans la série "chefs". Il n'y a pas de hasards ! Les comédiens sont épatants, c'est une "feel good série" bourrée de tendresse et d'humour grinçant. Il y a quelque chose de foutraque au royaume du Danemark.

Bankerot, série à voir sur Arte + 7.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.