Vous avez sans doute vu passer cette vidéo du Pape dans une situation bien inconfortable. Une courte séquence qui a été vue des millions de fois sur Twitter.

Pour ceux qui sont passés à côté, petit résumé : nous sommes le 31 décembre 2019. Le Pape François décide d'aller à la rencontre des pèlerins, rassemblés Place Saint-Pierre pour la Saint-Sylvestre. 

Il serre des paluches, fait coucou de la main, tapote l'épaule des fidèles. En bref: rien à signaler. Il est dans son rôle de Pape. Quand soudain, une femme s'agrippe au bras du Pape et le tire assez violemment pour le forcer à discuter. Sauf que lui avait d'autres projets et qu'on le sent - tout Pape qu'il est -  franchement agacé. Pour se libérer de cette étreinte, il se met à taper plusieurs fois sur la main de cette fidèle qui ne le lâche pas. 

Il finit par se libérer et s'éloigne d'elle  non sans lui jeter un regard noir. Un excès de colère qu'on avait jamais vu auparavant chez un Pape. Qu'importe qu'il ait eu mal ou qu'il ait pris peur face à la véhémence de cette femme. On retiendra surtout son geste et son courroux. 

Et cette vidéo a été tellement relayé sur les réseaux sociaux que le Pape a dû présenter ses excuses...

Il s'est exprimé hier matin en ces mots.

Tant de fois nous perdons patience. Cela m'arrive à moi aussi. Je m'excuse pour le mauvais exemple donné.

Fin de la séquence médiatique. Revenons toutefois sur cette vidéo. 

Une vidéo qui dure 7 secondes et qui dit tant de notre époque

Un détail nous interpelle : le Pape François salue des fidèles qui l'attendent, smartphones à la main, pour pouvoir immortaliser le moment. Des pèlerins qui le filment et qui diffusent ainsi son image sur les réseaux sociaux du monde entier.

Sur Internet, j'ai cherché d'autres moments de François saluant les foules. C'est simple : il fait constamment face à ce mur de smartphones cherchant à capter une photo ou une vidéo papale. 

Auparavant, c'était le service de communication du Vatican qui verrouillait l'image du Pape. Qui décidait quelles séquences diffuser ou non. Aujourd'hui, il est filmé en continue par des fidèles présents sur place.

C'est comme s'il était constamment en mondovision, son image lui échappe et est diffusée sans interruption aux quatre coins du globe. Comme n'importe quelle célébrité mondiale. Lorsque Kim Kardashian sort dans la rue, elle sait qu'elle est filmée par tous les passants et qu'elle ne maîtrise plus rien. Tout ce qu'elle fera se retrouvera sur Internet. 

Kim Kardashian - Pape François : même combat ? 

À ceci près que l'influenceuse - elle - a pleinement conscience du monde dans lequel elle évolue. Un monde où elle est en constante représentation et où elle n'aurait jamais - ô grand jamais - pris le risque de taper l'une de ses fans. 

Prions pour le Pape tire les leçons de cette fâcheuse séquence. Et qu'il comprenne - lui aussi - que les réseaux sociaux sont tout sauf miséricordieux. 

  • Légende du visuel principal: Le Pape François © Getty / Grzegorz Galazka/Archivio Grzegorz Galazka/Mondadori Portfolio
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.