À voir ce mardi sur France 2. "Histoires d'une nation" : suite et fin d'une remarquable série documentaire qui raconte l'histoire de France en tissant les fils des différentes vagues migratoires.

Voilà un programme salutaire, à l’heure où les xénophobes prennent plus que jamais la lumière médiatique. Ce n’est pas une histoire de l’immigration qui est ici racontée. C’est l’Histoire de France, mais avec tout le monde. Plus d’un quart de la population française a au moins un grand-parent qui est né à l’étranger. Les épisodes 3 et 4 de la série "Histoires d'une nation" sont diffusés mardi 2 octobre sur France 2.

Les deux premiers épisodes racontaient la période 1870-1950. Le troisième démarre en 1954. Hiver 1954 : l’Abbé Pierre lance un appel pour alerter sur le froid meurtrier. Cette hiver-là, un ouvrier algérien, Smaïl, dort dehors, sur son chantier à Saint-Denis, tout près du futur stade de France... dans lequel 44 ans plus tard, son fils Zinédine va gagner, pour la France, la coupe du monde de football. 

Des anonymes et des célébrités

Des histoires comme celle-là, il y en a des dizaines dans ce récit très fin, très pédagogique, jamais caricatural et qui repose sur une récolte impressionnant d’images d’archives. La voix off est assurée par Rochdy Zem, impeccable. Le récit est émaillé de témoignages de descendants d’immigrés. Des anonymes et des célébrités : Camélia Jordana, José Garcia, Pascal Légitimus, Amel Bent, Luis Rego, et j’en passe...

La petite histoire pour raconter la grande. Pour raconter, par exemple, la fracture créée par la guerre d’Algérie. Octobre 1961 : une manifestation d’Algériens à Paris est très violemment réprimée. Bilan : une centaine de morts, noyés dans la Seine, et autant de disparus. Un massacre occulté pendant plus de trente ans... et un silence qui pèse lourd dans la mémoire des familles. 

Impossible de faire la liste de tous les sujets abordés dans ce documentaire si riche et synthétique. La douleur des « rapatriés » d’Algérie. Les trente glorieuses, la France qui a besoin de main d’œuvre, la France qui construit. Les Portugais et les Espagnols fuyant la dictature. Mais 68, qui pour beaucoup d’enfants d’immigrés, fut l’occasion d’entrer dans la société. Exister. Dire enfin d’où on venait. Mais il valait mieux être naturalisé Français pour oser les barricades. 

Promesses non tenues

Le documentaire aborde largement les enjeux politiques de la nationalité et de la naturalisation, au cours des décennies qui suivent. On regrette, évidemment, que ce récit passionnant s’arrête en 2005. Mais le recul est un outil précieux. C’était une gageure, de montrer comment les vagues d’immigrations sont des fils qui tissent l’histoire de France. De montrer ce que le mot « nation » porte en lui de promesses, parfois non tenues. De montrer comment la nation se réinvente à chaque génération. Il y a là de quoi être fier de la télé de service public.

« Histoires d’une nation » : épisodes 3 et 4 ce soir sur France 2 à 21h. Une série documentaire signée Françoise Darisse et Carl Aderhold. Les quatre épisodes sont disponibles en replay.

Légende du visuel principal:
Ramzy Bédia fait partie des personnalités qui témoignent dans ce documentaire aussi fin que pédagogique, construit comme un récit familial. © Point du Jour - France 2
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.