Le MacGuffin est un outil scénaristique cher à Alfred Hitchcock : un objet mystérieux, qui suscite la convoitise des personnages, mais dont le spectateur se fiche ! Les trois pierres dans "Indiana Jones et le temple maudit" sont un exemple. Magnifique raison de (re)voir ce film de Spielberg, sur M6 le 2 septembre.

Comment oublier la scène du repas, où l'on sert à Indy et à ses petits camarades des serpents vivants? "Indiana Jones et le temple maudit" est diffusé sur M6 le mercredi 2 septembre à 21h. Film réalisé par Steven Spielberg en 1984, avec Harrisson Ford, son chapeau et son lasso. C'est le deuxième volet de la série, mais l'histoire se déroule avant le premier volet, "les aventuriers de l'arche perdue", autrement dit c'est un préquel. 

Sachez que Kate Capshaw (qui crie quand est servie une soupe aux yeux, à ce fameux repas) et Steven Spielberg se sont rencontré sur ce tournage et qu'ils se sont ensuite mariés. Je vais essayer de glisser des infos people dans mes chroniques cette année ! Mais à vrai dire, ce potin n'est pas du tout un détail. Car Spielberg a répété plusieurs fois, en interview, que sa rencontre avec la comédienne est la seule chose positive de ce film. Il n'aime pas "Indiana Jones et le temple maudit", il trouve que c'est le moins réussi des quatre films de la série. 

D'Alfred Hitchcock à Indiana Jones

Eh bien je ne suis pas d'accord, mon cher Steven. J'aime trop ce personnage d'archéologue aventurier pour décider quel épisode est mieux que les autres. Mais surtout,ce film m'intéresse parce que c'est un cas d'école de MacGuffin. Le MacGuffin, est un outil scénaristique. Oui, il n'y a pas que des potins dans cette chronique. Si vous le voulez bien, je vais laisser Alfred Hitchcock vous expliquer. Le cinéaste anglais est considéré comme le maître de cet instrument narratif :

On voit des MacGuffin dans la plupart des films d'espionnage. C'est un truc que les espions cherchent. Un truc qui importe aux personnages à l'écran, mais dont le spectateur se fiche.

Autrement dit, c'est l'enjeu du film. Et si vous y prêtez attention, vous en verrez partout. Le MacGuffin est un objet qui suscite des convoitises et déclenche des tas de péripéties. Dans "la main au collet", film d'Hitchcock, ce sont les bijoux volés. Dans Pulp Fiction, l'attaché case au contenu mystérieux. La patte de lapin dans "Mission impossible 3". Et les trois pierres dans "Indiana Jones et le temple maudit" ! Il y a d'ailleurs un MacGuffin ans tous les Indiana Jones. 

Un prétexte magique

Que sait-on de ces trois pierres? Pas grand chose. Et c'est ça qui est fou, le MacGuffin est presque toujours mystérieux : inutile de comprendre pourquoi il intéresse les personnages, on se laisse embarquer quand même dans l'histoire. C'est juste un prétexte. Les personnages s'y intéressent, mais nous pas. Bref, une fiction réussie se paie avec brio la tête du spectateur. C'est la magie du MacGuffin. 

"Indiana Jones et le temple maudit", le 02/09/20 à 21h sur M6. 

  • Légende du visuel principal: Dites-moi, on s'en ficherait pas un peu, de ces fichues pierres précieuses? © Lucasfilm / Collection ChristopheL via AFP
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.