Pour la première fois depuis sa création en 1956, le prestigieux trophée sera aussi remis à une footballeuse. Pour l'occasion, regardons un très beau documentaire sur des adolescentes, en formation à l'INSEP, qui rêvent de foot de haut niveau.

Qui pour succéder à Cristiano Ronaldo ? Le Ballon d’or, qui récompense le meilleur footballeur de l'année, sera décerné ce soir. Cérémonie retransmise sur la chaîne L’Équipe. Je serai devant ma télé, parce qu’il y a une nouveauté de taille cette année. Pour la première fois depuis 1956 (date de création du Ballon d’Or), le trophée sera aussi remis à une femme. Oui parce que les femmes aussi savent jouer au foot. C'est dingue, non ? C’est surtout chouette de s’en rendre compte en 2018... Parmi les nommées, beaucoup de joueuses de l’Olympique Lyonnais : Ada Hegerberg, Amandine Henry ou Wendie Renard. Mais Marta Vieira da Silva fait aussi partie des favorites : une Brésilienne qui joue à Orlando, la lauréate du prix Fifa 2018.

Mythologie du ballon rond

Il existe en effet un prix Fifa de la meilleure footballeuse. Alors était-il si grave que le Ballon d’or soit exclusivement masculin ? Oui. Parce que ça n’a rien à voir. Le prestige du trophée n’est pas du tout le même. Le Ballon d’or fait rêver les gosses qui aiment le foot dans le monde entier. Il alimente la mythologie du ballon rond. C’est un pas très important vers la reconnaissance du foot féminin. Pour gagner en visibilité, il faut des stars, des figures tutélaires. 

D'ailleurs, si vous voulez voir comment on "fabrique" une footballeuse de haut niveau, je vous recommande un documentaire à voir en replay sur France 3. "Devenir footballeuse" : une immersion à l'INSEP (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance), le temple de l'excellence sportive, avec des adolescentes entre 15 et 17 ans. 

4-4-2 et confiance en soi

Dans ce film de Dorothée Lachaud, on assiste aux entraînements et au reste, aux coups de blues et aux moments de joie. Le tout saupoudré de jargon foot, c'est toujours un plaisir. Il est question de "transition offensive", de "leadership défensif", de "replacement sur des phases de transition" et bien sûr de "4-4-2". Et l’entraîneur qui encadre ces jeunes joueuses, Didier Brasse, est un sacré personnage. C'est un ancien international, très impliqué, qui n'hésite pas à hausser le ton. Au lendemain d'un match raté, il passe à ses joueuses un savon monumental. Je vous rassure, il les félicite aussi beaucoup ! Cet entraîneur explique que son travail consiste notamment à apprendre à ces gamines à s'imposer, à leur donner confiance. Parce qu'elles ont toutes plus ou moins intégré, inconsciemment, qu'elles faisaient un sport "de garçon", et que cela se ressent dans leur jeu, sur le terrain. 

Les joueuses qu'on suit dans ce documentaire sont très touchantes : on voit les fragilités de l'adolescence percuter l'exigence du sport de haut niveau. Vous risquez même de verser une petite larme à la fin ! Il ne reste plus qu'à espérer que l'une de d'entre elles gagnera un jour le Ballon d'Or. 

La cérémonie du Ballon d’or, pour les hommes ET les femmes est diffusée sur la chaîne l’Equipe lundi 03/12 à partir de 21h. 

Le documentaire de Dorothée Lachaud, "Devenir footballeuse", (52 minutes) est disponible en replay sur le site de France 3.

Légende du visuel principal:
La Norvégienne Ada Hegerberg, attaquante de l'OL, figure parmi les favorites du Ballon d'Or féminin 2018, le premier depuis la création du trophée par France Football. © AFP / FRANCK FIFE / AFP
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.