Grâce à Internet, on peut aujourd'hui assister à un spectacle de stand-up et ce, sans quitter notre canapé. Pratique lorsque l'on habite pas dans une ville proposant une multitude de représentations d'humoristes chaque soir...

Pour regarder du stand-up sur Internet, il y a aujourd'hui plusieurs solutions. La plus évidente : être abonné à une plateforme de vidéos à la demande qui rachète des droits de diffusion de spectacle. Netflix en propose depuis longtemps et Amazon Prime Video s'y est mis depuis peu. Cette semaine, Amazon a même mis en ligne le dernier spectacle de Jérôme Commandeur, premier humoriste français sur cette plateforme.

Et pour les auditeurs qui ne sont ni abonnés à Netflix ni à Amazon, il y a d'autres possibilités.

Kyan Khojandi a récemment publié l'intégralité de son précédent spectacle sur YouTube. Il y est toujours disponible et ce, gratuitement. Et il n'est pas le seul humoriste à faire le choix de YouTube : Mustapha El Atrassi y partage ses spectacles depuis maintenant plusieurs années.

Ça présente tout de même quelques soucis : d'abord ça ne rapporte pas beaucoup d'argent, un peu grâce aux revenus publicitaires mais pas assez pour en vivre. Et puis certains humoristes n'ont pas forcément envie d'offrir leurs œuvres à YouTube donc à Google sans être payé par la firme.

La notion même de gratuité peut déranger, on le comprend assez bien. Quel message les stand-uppers envoient-ils au public quand ils proposent leurs spectacles pour zéro euro ? Que leurs œuvres ne valent rien ? Qu'ils se produisent sur scène uniquement par amour de l'art ? 

Toutes ces problématiques font naître de nouvelles manières de consommer le rire. L'humoriste Haroun propose sur son site Internet un spectacle "au chapeau". Chacun peut mettre la somme qu'il veut par carte bleu ou par PayPal. Mais on peut aussi le visionner sans débourser le moindre centime.

Autre modèle : celui défendu par Vérino depuis quelques jours. Un modèle entièrement payant cette fois-ci. Sur son site, pour neuf euros, il propose quatre shows de 25 minutes chacun ainsi que quelques minutes d'impro. Et pourquoi 25 minutes ? Pour garder toute l'attention du spectateur de l'autre côté de l'écran. Car l'humoriste sait que vous trouverez toujours quelque chose ou quelqu'un qui saura vous perturber à la maison. 

En cela, rien ne vaut l'expérience en salle : ça vaut pour le cinéma comme pour le spectacle vivant. Mais pour tous ceux qui n'ont pas les moyens ou pas la possibilité de se rendre au théâtre, il y a Internet. 

Alors bien sûr, cette expérience du stand-up à travers un écran ne sera qu'un ersatz virtuel de ce que l'on peut vive en salle. Mais je peux vous assurer que votre rire, lui, sera bien réel.

  • Légende du visuel principal: Kyan Khojandi © AFP / Stéphane de Sakutin
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.