Les "JAP" sont des magistrats qui examinent les demandes d'aménagement de peine des personnes condamnées à de la prison. Un précieux documentaire nous les montre au travail, à Grenoble, Gap et Châteauroux. A voir sur France 5.

On les appelle les JAP. Rien à voir avec le Japon. Ce sont les Juges d'Application des Peines. Des magistrats qui accordent - ou non - un aménagement de peine à quelqu'un qui a été condamné. C'est le ou la JAP, par exemple, qui décide du placement sous bracelet électronique, ou qui examine une demande de libération conditionnelle. Un rôle très souvent critiqué - on leur met sur le dos toutes les récidives - mais surtout très mal connu. Un documentaire, diffusé mardi 3 septembre sur France 5, donne à voir et à comprendre la complexité de leur métier. 

Le dossier Romand

Les journalistes Pierre Rancé et Olivier Pighetti ont suivi trois JAP : à Grenoble, à Gap et à Châteauroux. La juge de Châteauroux, en particulier, retient l'attention puisque c'est celle qui a examiné la demande de mise en liberté conditionnelle de Jean-Claude Romand récemment. Romand, le faux médecin qui a tué toute sa famille. Le témoignage de cette magistrate montre le poids immense de la pression médiatique dans des dossiers comme celui-ci. 

Mais c'est surtout la juge de Grenoble qui a retenu votre attention.Céline Roccaro. Une JAP pas commode mais dont on mesure aussi la bienveillance et le souci permanent de veiller à la réinsertion des personnes condamnées. Une longue séquence, passionnante, la montre en audience à l'intérieur d'une prison, la maison d'arrêt de Grenoble-Varces. Yassine, incarcéré depuis sept ans, demande un placement extérieur : il veut finir de purger sa peine en travaillant sur un chantier. La juge a rejeté sa demande. Il en fera d'autres.

L'ordinaire de la machine judiciaire

Avec les personnes condamnées qu'elle rencontre, la juge est parfois très raide, parfois presque maternelle. On croirait voir, à d'autres moments, une assistante sociale au travail. La pauvreté de ceux qui ont affaire à la justice saute aux yeux de façon impressionnante. 

Ce documentaire est très précieux. Il montre l'ordinaire de la machine judiciaire et permet de comprendre comment une magistrate arbitre entre les intérêts de la société et ceux de la personne condamnée. Comment elle tente d'éviter la récidive. Mais lutte aussi la surpopulation carcérale.   

A en croire les auteurs de ce documentaire, on est toujours JAP par vocation. Jamais par hasard, tellement ce rôle est ingrat. L'aménagement de peine est leur métier : le moins qu'on puisse dire c'est que les JAP qu'on voit ici ne ménagent pas leur peine.

"Les  juges de la deuxième chance" (durée 1h10) : mardi 3 septembre à 20h50 sur France 5. Le  documentaire sera suivi d'un débat animé par Marina Carrère d'Encausse.

  • Légende du visuel principal: Une audience en prison, filmée sur la longueur. © Galaxie Production
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.