C'était l’anti-Beverly Hills. "Hartley, cœurs à vif" est une série australienne qui a passionné toute une génération dans les années 1990. Les sept saisons seront disponibles sur le site de TF1 à partir du 4 septembre 2020. L'occasion de se demander à quoi tenait le succès de Drazic, Anita, Bolton et les autres.

La série Hartley, cœurs  à vif est de retour. Je mesure, en l'annonçant, à quel point cette information est clivante. Soit vous avez passé votre adolescence avec Anita et Drazic et vous êtes dans tous vos états (comme moi). Soit vous n'étiez pas né(e) dans les années 1990, ou alors vous étiez déjà bien adulte, et ça ne vous fait aucun effet. Alors je vais essayer de parler à tout le monde, même aux trop vieux et aux trop jeunes. Car MyTF1, la plateforme de TF1, propose, à partir du 4 septembre 2020, l'intégrale de cette série culte : sept saisons, 210 épisodes. De quoi célébrer dignement le quart de siècle. Oui, pas merci pour le coup de vieux, mais Hartley, cœurs à vif fête ses 25 ans. 

Drazic et Anita face à Brandon et Kelly

Premier point important : c'est une fiction australienne ! À l'époque, ça n'était pas rien de faire concurrence aux Américains, et surtout de prendre le contrepied. Hartley, disons-le, est l'anti-Beverly Hills. Brandon, Dylan, Kelly et les autres étaient scandaleusement beaux et riches. De quoi prouver que l'argent ne fait pas le bonheur, mais enfin il était franchement compliqué de s'identifier aux personnages  

Hartley, c'était autre chose. Un univers beaucoup moins lisse. On suivait la vie quotidienne d'une bande de lycéens de Sydney. Non, ils n'étaient pas moches, pas du tout. Certains, certaines, étaient même irrésistibles. Mais ils avaient l'air de vivre sur la même planète que nous. Certes, les comédiens avaient plutôt la vingtaine bien tassée : pas très crédible pour des lycéens, mais on feignait de ne pas le remarquer. 

Cosmopolite et réaliste

Et surtout, ils étaient de toutes les couleurs et de toutes origines. Nick, Costa, Rose et Jack, pour ne citer qu'eux, venaient de familles grecque, italienne, libanaise et vietnamienne. Le racisme était un sujet très présent, tout comme la drogue ou le décrochage scolaire. Dit comme ça, on pourrait croire que c'était une série déprimante, mais pas du tout ! C'est justement parce que certains moments étaient durs (très durs, parfois) que tous les autres paraissaient crédibles. Et les histoires d'amour étaient tumultueuses en diable. Anita et Drazic, bien sûr. Mais aussi Katerina et Charlie : la fille branchée, danseuse de hip-hop, et le premier de la classe, mal dans ses baskets. Ainsi présentés, les personnages sont outrageusement caricaturaux, et pourtant il y avait dans cette relation, dans le rapprochement entre ces deux personnages, une grande subtilité qui pouvait aider à affronter les relations aux autres.

Il flottait sur cette série une grande impression de réalisme. Sans doute cela tenait-il en partie aux conditions de tournage. Les épisodes de Hartley, cœur à vif étaient tournés dans un lycée désaffecté, avec des comédiens débutants, formés sur le tas. Leurs profs, leurs coaches, jouaient aussi des profs dans la série, ce qui insufflait beaucoup de naturel. 

Aussi peu lisse que l'adolescence

Et puis le charme d'Hartley, c'était aussi son côté grunge. Chemises à carreaux et piercing à l'arcade sourcilière. Une partie des personnages, au bout d'un moment, s'installe en colocation dans un appartement aux allures de hangar. Bref, c'est tout sauf propre. Comme l'adolescence ! 

Les séries pour ado, finalement, sont toutes un peu les mêmes. Ce sont des récits d'initiation, fondés sur de grandes épreuves émotionnelles : l'amour, l'amitié, la trahison... et puis l'apprentissage que la vie, désormais, se raconte à la première personne. C'est aussi ce que propose, aux ados d'aujourd'hui, la formidable série Skam. Quelque chose me dit que le public de Skam devrait beaucoup aimer Hartley, cœurs à vif. Voilà pour les trop jeunes. Et les trop vieux? Eh bien regardez Hartley pour mieux comprendre vos enfants, pardi ! Pour tenter de vous souvenir ce que ça fait, d'avoir 17 ans. Il est assez frappant de se souvenir qu'en France, à la même époque, dans les années 1990, on fabriquait Hélène et les Garçons. Encore une autre planète...  

Hartley, cœurs à vif, l'intégrale sera mise en ligne vendredi 4 septembre 2020, sur MyTF1. 

  • Légende du visuel principal: Anita et Drazic, couple emblématique de la série (Lara Cox et Callan Francis Mulvey). © TF1
L'équipe