À voir : "Plusieurs vies", une série documentaire de FranceTV Slash retraçant le parcours de Gamart Camara, un jeune homme qui semble avoir eu mille vies...

Il faut dire que Gamart n’a pas un parcours tout à fait classique. C’est un garçon de la rue, vivant toujours dans le quartier où il a grandi, à Montreuil, quartier de la Boissière pour être précis. C’est là que commencent les ennuis. Il a 13 ans quand il tombe dans la petite délinquance. Et puis, comme souvent, la petite délinquance laisse place au crime. Braquage, trafic de stupéfiants… 

La justice fait son travail : passage par la case prison à quatre reprises pour le jeune homme. D’ailleurs, lorsque le réalisateur Aladine Zaiana vient à sa rencontre pour cette série documentaire, il n’est encore qu'en semi-liberté.

Mais on ne peut réduire Gamart à son casier judiciaire… Car il n’est pas qu’un voyou du 93. En parallèle à ses activités illégales (qu’il dit avoir cessé depuis sa précédente peine), Gamart est aussi entrepreneur : il gère son propre restaurant de cuisine africaine, il est mannequin et rappeur sur son temps libre…

Si FranceTV Slash a consacré une série documentaire à Gamart, c’est parce qu’il s’était fait remarquer il y a quelques années pour sa passion pour l’équitation. Avouez que c’est peu commun pour un jeune ayant grandi dans une cité près de Paris…

Mais Gamart ne s’est pas contenté d’aimer les chevaux de loin, non… Il a acheté son propre cheval. Pour le prix d’une voiture. Il l’a appelé Castro et l’a très vite monté pour se balader dans les rues de son quartier, à Montreuil.

Bien évidemment, il n’est pas passé inaperçu avec son casque de scooter et son cheval, à slalomer entre les voitures. Il a fait, comme on dit, le buzz. C’était en 2017 et des habitants de Montreuil se sont mis à le filmer pour partager ce moment sur les réseaux sociaux. Succès immédiat.

L’histoire d’amour entre Gamart et son cheval ne dure qu’un temps. Quelques semaines après les premières vidéos, Castro fut saisi, les autorités craignant qu’il ne soit maltraité.

Gamart n’aura que très peu chevauché dans les rues de sa ville. Mais assez pour être connu encore aujourd’hui comme le « cavalier du 9-3 ».

Et sans le vouloir, Gamart est devenu un symbole. Un homme noir des quartiers populaires sur un cheval reprenant le dessus sur la ville et sa modernité. Un cow-boy bien français qui se réapproprie son territoire, qui dompte le bitume et qui devient, de fait, seul maître de sa route.

  • Légende du visuel principal: Gamart Camara et son cheval, Castro, à Montreuil © Maxppp / PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.