Attention à ne pas faire dire n'importe quoi au film d'Andrew Nicol, à l'occasion des états généraux de la bioéthique. "Bienvenue à Gattaca" est un manifeste contre l'eugénisme mais surtout une ode aux imperfections et fragilités humaines. Ce jeudi soir sur RTL9.

Sortez les bandanas : ce soir, on plonge avec délice dans les années 1990. Deux films sont diffusés à la télé : l'un date de 90, l'autre de 97. Le premier : Demi Moore et Patrick Swayze dans une scène de poterie devenue culte. Ghost : un film qui exploite à fond le potentiel érotique d'une relation amoureuse entre une femme et un fantôme. C'est surtout l'occasion de voir Whoopi Goldberg dans le rôle de la voyante complètement brindezingue. Ghost, ce soir sur C8 : parce que oui, il y a des navets qu'on aime voir et revoir.

Pianistes à douze doigts

Beaucoup moins navet (plutôt de l'ordre du chef d’œuvre) : Bienvenue à Gattaca. Film d'Andrew Nicol, à voir sur RTL 9, avec Ethan Hawke, Uma Thurman et Jude Law. L'histoire, on s'en souvient, se déroule dans un futur proche où les individus sont programmés génétiquement : on peut choisir le sexe de son enfant, la couleur de ses yeux et de sa peau avant la naissance, et même son espérance de vie. Gattaca est un monde où les pianistes ont six doigts à chaque main, où les entretiens d'embauche s'accompagnent d'un examen génétique et où seuls les individus "valides" ont une chance d'accomplir leurs rêves. Le personnage incarné par Ethan Hawke va tenter de contourner les règles pour devenir astronaute malgré son patrimoine génétique. 

Il est passionnant de revoir ce film vingt-et-un ans après sa sortie, notamment pour ne pas lui faire dire n'importe quoi ! Parce que les états généraux de la bioéthique ont lieu en ce moment : de grands débats ouverts à tous, avant la révision de la loi bioéthique prévue pour fin 2018. L'enjeu est de dessiner des frontières entre ce qui est techniquement possible et éthiquement souhaitable. Et il semblerait que les anti-PMA, qui sont très présents à ces débats (la Manif pour tous a battu le rappel de ses troupes) brandissent Gattaca à tord et à travers. Pour en arriver à dire que l'ouverture de la PMA à toutes les femmes serait l'avènement de la société décrite dans ce film, c'est qu'on n'a pas vu Bienvenue à Gattaca, tout simplement. 

Hommage aux imperfections humaines

Oui, bien sûr, il est saisissant de faire l'inventaire de ce qui a changé depuis la sortie du film (ne serait-ce que le séquençage de l'ADN, achevé en 2003) : on peut revoir le film d'Andrew Nicol pour constater qu'il était visionnaire à bien des égards. Mais de là à y voir un argument anti-PMA... Il ne semble pas que les femmes seules ou homosexuelles réclament le droit de faire des bébés génétiquement modifiés ! C'est l'occasion de rappeler que les états généraux de la bioéthique sont ouverts à tous et à toutes, pas seulement à la manif pour tous, et que ça se passe partout en France jusqu'à la fin avril. 

Ce film magnifique décrit une société devenue totalitaire par souci d'homogénéité. C'est un manifeste contre l'eugénisme mais aussi un hommage aux imperfections et aux fragilités humaines. Une histoire qui rappelle que chacun peut faire de grandes choses. 

Bienvenue à Gattaca : sur RTL9 à 20h40. Et si vous préférez Ghost, rendez-vous sur C8 à 21h.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.