Aux États-Unis, cette enquête du New York Times a déclenché une onde de choc. En partant du mouvement "Free Britney", qui se bat pour que la chanteuse ne soit plus sous la tutelle de son père, le documentaire montre surtout comment Britney Spears a été détruite par le sexisme et la violence du show business.

C’est la première diffusion en France de ce documentaire qui a fait énormément de bruit aux Etats-Unis. « Framing Britney Spears » est désormais disponible sur Amazone Prime Vidéo. C'est une remarquable enquête, produite par le New York Times. 

Tutelle abusive ?

Le point de départ, c’est la bataille judiciaire qui oppose la chanteuse à son père, Jamie Spears. Elle a en effet été placée sous tutelle en 2008. C’est son père qui gère sa fortune et prend les décisions à sa place. Depuis l’année dernière, de nombreuses voix s’élèvent pour la libérer de cette tutelle : c’est le mouvement « Free Britney ». Pour essayer de comprendre, le documentaire donne la parole à des proches de la chanteuse, à des avocats des deux parties, à d’anciens collaborateurs. Et il se dégage quelques certitudes. Le père de Britney Spears était presque absent dans sa vie avant qu’elle ne devienne célèbre. Si la chanteuse, avant d’être mise sous tutelle, a pu comprendre voire accepter cette décision, elle demandait que ce ne soit surtout pas son père le tuteur. 

Il ne s’agit pas de nier les fragilités de cette femme. Mais les sommes d’argent en jeu, vous l’imaginez, sont colossales. Et l’on découvre que pour Jamie Spears et ses avocats, la tutelle est, je cite, un « modèle d’entreprise hybride » : cette formule est écrite noir sur blanc dans une requête judiciaire. La tutelle serait donc un modèle économique, ni plus ni moins. Un business, pour faire de l’argent sur le dos d’une personne jugée vulnérable. Cette enquête du New York Times penche clairement du côté du mouvement « Free Britney ». Elle le fait en donnant la parole aux contradicteurs, sans avoir peur des nuances, de la complexité. Et en n’oubliant pas qu’on ne connait pas les détails du dossier médical de Britney Spears. 

Responsabilité des médias

Mais en réalité, l’intérêt de ce documentaire va bien au-delà de cette affaire judiciaire. C’est un nouveau regard sur le parcours de Britney Spears qui est proposé. Et sur l'immense responsabilité des médias dans le descente aux enfers de cette femme. Quand elle accède au succès mondial, en 1998, cette gamine venue de Louisiane, qui a grandi dans une famille modeste, a seulement 17 ans. Sa gloire est fulgurante. Très vite, elle est hyper-sexualisée. Mais presque immédiatement aussi, elle est jugée trop provocante, ses tenues trop sexy. Elle était le modèle de toutes les adolescentes, la seule fille à s’imposer à l’époque des « boys band », elle devient une bad girl infréquentable, une trainée. Et puis ensuite, après la naissance de ses deux enfants, une mauvaise mère, évidemment…  

Les images de poursuites par les paparazzis qui sont compilées dans ce documentaire sont terrifiantes. Jamais les photographes ne la laissent tranquille. Plus d’une fois, la chanteuse semble pétrifiée de peur. Et quand un jour elle se rase la tête, tout le monde y va de ses plaisanteries moqueuses sur la starlette complètement cinglée. « Personne, observe un journaliste du New York Times, personne ne s’est dit que se raser la tête, pour Britney, était une manière de hurler : c’est fini, j’arrête, foutez-moi la paix, je ne suis pas votre chose. Je ne suis plus la personne que vous voulez que je sois. Parce que cette personne, vous l’avez détruite. » Ce que ce documentaire choc dénonce, ce n’est pas seulement la tutelle abusive, c’est aussi et surtout la violence et le sexisme d’un système : le show business.  

Le film se termine par la liste des personnes qui ont été sollicitées mais on refusé de participer. Le père et la mère de la chanteuse figurent en tête de cette liste. Et d’ajouter : « Le New York Times a tenté de joindre directement Britney Spears pour lui demander de participer à ce projet. Il n’est pas sûr qu’elle ait reçu ces demandes. »

« Framing Britney Spears ». Documentaire à voir sur Amazon Prime Vidéo, pour les abonnés.   

  • Légende du visuel principal: En la montrant comme une "trainée", une "mauvaise mère", une "cinglée", la machine médiatique a brisé cette femme. © Amazon Prime Vidéo
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.