Et si vous quittiez le travail plus tôt pour regarder Roland Garros aujourd'hui ? Et si votre boss ne comprend pas, dites lui qu’un match de Djokovic, même s'il est hors de forme, ça ne se rate pas. Et puis de toute manière, peu importe le match, Roland Garros reste un événement à ne pas louper.

D’abord, parce que c’est l'un des rares événements sportifs proposés gratuitement à la télé. Mais aussi parce que c'est le seul moment de l’année où vous pouvez passer votre après midi sur France 2 en toute sécurité. Le reste du temps, vous risquez de tomber sur Sophie Davant et regarder une émission de Sophie Davant, c’est prouvé scientifiquement : ça rend méchant.

Plus sérieusement, France Télévisions, diffuseur de la compétition depuis 30 ans, s’echine à faire le plus beau spectacle possible. La réalisation est léchée et nous permet de vivre le match au plus près des joueurs. Cette année, des caméras 8K sont utilisées pour la captation. Alors je ne sais pas très bien ce que cela signifie mais à en croire le descriptif technique, même Djokovic ne verra pas le match dans de meilleurs conditions que les téléspectateurs de France Télé.

Et puis regarder Roland Garros à la télé, c'est se replonger dans une foule de souvenirs...

Il y a bien sûr des souvenirs liés au sport : le premier trophée remporté par Nadal, les performances de Gustavo Kuerten ou les larmes de Roger Federer.

Mais il y a aussi de grands moments de télévision qui nous reviennent en tête comme la fois où Nelson Montfort croise Bill Clinton à la sortie des toilettes et lui demande "Did you know Sébastien Grosjean ?"

Et puis, il y a tous ceux qui ont révisé le bac devant Roland Garros. Ou du moins qui tentaient de réviser en se disant qu'ils auraient mieux fait d'être ramasseurs de balles. 

Ce fut mon cas, je le confesse : j'ai totalement abandonné mes révisions de maths au profit d'une finale Nadal-Soderling. Résultat : 9 au bac pour moi et 6-4/6-2/6-4 pour Nadal. Jeu, set, et match.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.