Le principe est simple : une scène, un public et des histoires incroyables. "La veillée", filmée dans un théâtre parisien et diffusée sur C8, vient nous rappeler à quel point nous avons besoin qu'on nous raconte des histoires. Avec Bernard Werber, Jonathan Cohen, Lolita Séchan et bien d'autres.

Préparez la guitare et les chamallow, je vous propose une soirée télé aux allures de veillée autour du feu. L’émission s’appelle « la veillée », tout simplement. Diffusion sur C8 à 23h50 le lundi 6 mai. Bon, en réalité il n'y a pas de feu, mais parce que ça aurait été compliqué, sur la scène : nous sommes dans un théâtre parisien. Face à un public, des anonymes ou des célébrités viennent raconter une histoire extraordinaire qui leur est arrivée. Il y a Jonathan Cohen, le comédien connu pour son rôle de Serge le mytho (mais promis juré, l'histoire qu'il raconte ce soir-là est vraie), Antoine de Maximy (celui qui dort chez les gens), ou encore l'écrivaine Lolita Séchan. Cette dernière parle du trésor qu'elle a trouvé à l'âge de 12 ans et comment elle a compris 20 ans plus tard que ce n'était pas tout à fait un trésor. Je n'en dévoile pas plus, cette histoire est fabuleuse.

L'énorme frayeur de Bernard Werber

Celle de Bernard Werber, aussi, est exceptionnelle. A l'âge de 14 ans, il faisait le tour de Corse à vélo, avec une colonie de vacances. Un soir, toute la troupe décide de dormir sur une plage, à proximité d'une paillote. Le petit Bernard est chargé d'aller chercher de l'eau, pour faire cuire les pâtes. Direction les toilettes de la paillote. Et là, il tombe sur un type qui le braque avec un pistolet. Énorme frayeur, mais il parvient à s'en tirer sain et sauf et il retourne voir ses copains, près des tentes. Il leur dit alors qu'il ne faut pas rester là ! Personne ne le croit. 

J’ai un problème, c’est que quand il m’arrive des trucs extraordinaires, je suis incapable d’en parler avec émotion. J’en parle de manière technique, comme si c’était arrivé à quelqu’un d’autre. Résultat, je ne les ai pas du tout convaincus. Là-dessus, arrive une fille qui hurle : « Vous avez vu ce qui est arrivé à Bernard? Il y a type qui a failli l’abattre !! » Et ce fut la panique. D'où l'importance de l'interprétation !

Là encore, je ne veux pas gâcher le suspens, vous comprendrez en regardant qui était ce type avec le pistolet, l'histoire est incroyable. Incroyable, oui : j'emploie ce mot à dessein. Peu importe, en réalité, que ces récits soient vrais ou faux. Ils vous attrapent par l'oreille et vous donnent envie d'écouter la suite. Bernard Werber, contrairement à ce qu'il prétend, à un magnifique talent de conteur et d'interprétation, le temps passé à l'écouter file en un éclair. 

Une passion aussi vieille que les mille et une nuits

L'émission, dans son ensemble, est un peu inégale, certains ne sont pas passionnants. Mais quel plaisir, d'écouter des histoires ! C'est un plaisir tout simple et vieux comme le monde, qui d'ailleurs revient en force en ce moment : ce type de spectacles, où des gens viennent raconter des histoires sur scène, ont de plus en plus de succès, qu'ils s'appellent TedX, Live Magazine, Radio Live ou la Veillée. Chacun et chacune, à partir de son histoire, nous raconte sa propre morale ou la conclusion qu'il en a tiré. La frontière entre le particulier et l'universel est toujours très fine. Se raconter des histoires, c'est ce qui crée un lien entre nous, c'est ce qui fabrique une société. Ou, comme Shéhérazade qui parvient à repousser sa mort chaque nuit, c'est ce qui nous rappelle qu'on est en vie. 

"La veillée", lundi 6 mai sur C8 à 23h50. 

La chaîne Youtube de "la veillée". 

  • Légende du visuel principal: "Ma vie a souvent ressemblé à un film", reconnait le romancier Bernard Werber. L'histoire qu'il raconte est en effet digne d'un scénario de cinéma. © Aucun(e)
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.