Les proches des 52 marins disparus à bord de la Minerve, en 1968, ont exigé pendant un demi-siècle que les recherches en mer reprennent. L'épave a finalement été retrouvée en juillet 2019. Un documentaire très bien ficelé, sur RMC Découverte, montre l'impressionnante ténacité des familles.

Cette histoire est aussi tragique que fascinante, elle ici fort bien racontée. RMC Découverte diffuse ce vendredi 7 février à 21h55 un documentaire consacré à la Minerve. En 1968, le sous-marin a disparu au large de Toulon, avec 52 marins à bord. Ce fleuron de la marine française faisait route vers le sud, pour procéder à des exercices. Et tout à coup, liaison rompue. Silence radio. Des moyens de recherche exceptionnels sont alors déployés, à la surface et dans les profondeurs. Mais on ne trouve rien. Pas d’épave, pas de corps. Les proches de l’équipage, les femmes et les enfants des militaires, se souviennent de cette sinistre journée de janvier 68.

Au début, on nous dit simplement que le sous-marin ne répond pas. Tant que les réserves d'air peuvent encore être suffisantes, il y a de l'espoir. Tant qu'on pense que les hommes peuvent encore être vivants, on cherche. 

Et puis l’espoir s’éteint. En février 1968, la Marine Nationale déclare le sous-marin officiellement perdu. Des obsèques nationales sont organisées à Toulon, en présence du chef de l’Etat. Charles de Gaulle, en tenue militaire, vient apporter son soutien aux proches des victimes. Mais les questions demeurent. Où est passée la Minerve ? Pourquoi et comment a-t-elle disparu ? Ce drame est d’autant plus concret que l’on dispose d’images d’archives, tournées peu de temps avant, à bord du sous-marin. Un reportage diffusé à la télévision. Sur ces images exceptionnelles, on voit l’équipage de la Minerve quelques semaines avant le drame. L’électricien, l’opérateur radio, le torpilleur, le barreur. Tous ou presque ont disparu quelques semaines plus tard. 

Le sous-marin, on s’en souvient, a de nouveau été au cœur de l’actualité l’été dernier. Mais il y eut d’abord des décennies d’oubli. Les familles des victimes n’étaient informées de rien. La Grande Muette mérite bien son surnom. Ce silence avait sans doute des raisons commerciales : il fallait vendre des sous-marins français à l’étranger. Il a en tout cas permis à toutes les hypothèses, parfois farfelues, de se développer. Le sous-marin aurait-il été kidnappé par les Russes ? A-t-il heurté un cargo ? Et si c’était un coup des extra-terrestres ? 

Reprise des recherches, cinquante ans plus tard

Et puis en janvier 2018, un déclic, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la disparition du sous-marin. Une cérémonie permet aux familles de constater qu’elles se posent toutes les mêmes questions et qu’il est temps de faire bloc. Elles veulent savoir. Elles obtiennent enfin la levée du « confidentiel défense » et surtout la reprise des recherches en mer. Entre temps, la technologie a beaucoup évolué. C’est ainsi qu’en juillet 2019, dans les profondeurs de la Méditerranée, les projecteurs d’un robot éclairent un morceau de tôle - images saisissantes, là encore - puis un deuxième, puis un troisième, complètement déchiqueté, sur lequel on peut lire trois lettres : MIN. La Minerve a enfin été retrouvée. 

J'ai ressenti une émotion intense. C'est un peu comme si je venais d'apprendre la disparition de mon père, cinquante ans après. 

Les causes de l’accident, quant à elles, semblent être liées à une panne technique, une explosion de la batterie du sous-marin. Aucune certitude. Beaucoup de questions demeurent. Mais il y eut une autre cérémonie, en mer cette fois, au-dessus de l’endroit exact où a été retrouvée l'épave. Et l’on mesure, en écoutant les enfants des marins disparus, à quel point il est important pour eux d’avoir un endroit où dire adieu. Ce qui impressionne plus que tout, dans cette histoire, c’est la ténacité des familles, qui n’ont jamais baissé les bras, pendant un demi-siècle.  

« Sous-marin la Minerve, 50 ans de mystère ». Documentaire de Claude Ardid et Nadège Hubert. Vendredi 7 février à 20h55 sur RMC Découverte. 

  • Légende du visuel principal: En janvier 1968, la Minerve disparaît au large de Toulon, avec 52 hommes à bord. © Marine Nationale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.