France 3 diffuse ce soir l'adaptation du livre de Flavie Flament, récit du viol dont elle a été victime à 13 ans et qu'elle avait oublié. L'amnésie traumatique est au cœur de ce téléfilm poignant.

Le photographe David Hamilton (Philip Schurer) et la jeune Flavie Flament (Lou Gable)
Le photographe David Hamilton (Philip Schurer) et la jeune Flavie Flament (Lou Gable) © Nathalie Guyon / FTV

Comment ne pas sombrer dans le voyeurisme ou le pathos en racontant cette histoire? L'exercice était périlleux, mais le téléfilm de Magaly Richard-Serrano évite ces écueils de façon remarquable. La Consolation, adaptation du livre de Flavie Flament, est un film poignant, sensible et extrêmement subtil, qui parvient à mêler le récit familial, le portrait d'une époque (les années 80) et le traumatisme d'une victime qui refait surface trente ans après les faits.

Il a obtenu le prix du meilleur téléfilm au festival de fiction TV de la Rochelle, sans doute en grande partie grâce à l'interprétation de Léa Drucker, impressionnante dans le rôle de la mère de Flavie Flament, mélange de perversion, de violence et de fragilité. Cette mère qui était tellement flattée quand sa fille a été repérée par le grand photographe David Hamilton, un été à la plage. Cette mère qui aime quand les hommes regardent sa fille dans la rue, qui lui fait passer des concours de beauté et des castings. Cette mère toxique qui vit par procuration le succès de sa fille et la transforme peu à peu en objet de fantasmes.  

Tout le monde a entendu parler du livre de Flavie Flament, mais tout le monde ne l'a pas lu. L'immense mérite de ce film, c'est d'entrer dans le détail de cette histoire, et notamment sur l'amnésie traumatique. Le film s'ouvre sur une présentatrice télé, interprétée par Emilie Dequenne, à qui tout réussit mais qui se met à flancher : du mal à respirer, un poids sur la poitrine, des pertes de connaissance. Démarre alors un long travail de psychothérapie. Et un jour, ce souvenir qui resurgit : David Hamilton l'a violée quand elle avait 13 ans. 

Comment a-t-elle pu oublier une chose pareille ? 

C'est tout ce processus de fouille dans la mémoire que le film, construit par flash-back, détaille avec beaucoup de finesse. La scène finale, qui montre le monstre piétinant l'innocence d'une enfant de 13 ans, en est d'autant plus glaçante. Rappelons que David Hamilton s'est donné la mort quelque temps après les révélations de Flavie Flament. 

Un message prévient avant le début du téléfilm : 

Ces faits n'ont jamais été soumis à la justice et ne peuvent plus faire l'objet  d'une quelconque action judiciaire.

Flavie Flament se bat pour rallonger le délai de prescription des crimes sexuels sur mineurs. Quand elle a retrouvé la mémoire, il était trop tard. 

"La Consolation", ce soir à 20h55 sur France 3, suivi d'un débat animé par Carole Gaessler.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.